•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse marquée des nouvelles constructions résidentielles dans l'Est-du-Québec

Des travailleurs de la construction construisent une maison à Calgary en 2015.

Le nombre de nouvelles constructions est en hausse dans l'Est-du-Québec (archives).

Photo : Todd Korol/Reuters

Le nombre de nouvelles constructions immobilières résidentielles a grimpé de façon importante dans l’Est-du-Québec en 2020. Cette hausse est particulièrement marquée à Matane, où près de sept fois plus de chantiers résidentiels ont vu le jour par rapport à 2019.

Des hausses impressionnantes en Gaspésie

Selon les données de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) publiées mercredi, il y a eu six chantiers résidentiels à Matane en 2019. Ce nombre est passé à 40 en 2020.

À Gaspé aussi, le nombre de projets immobiliers résidentiels a atteint de nouveaux sommets, passant de 24 en 2019 à 79 en 2020. Ce sont 56 maisons unifamiliales et une trentaine de logements locatifs qui ont été construits, indique le maire de Gaspé, Daniel Côté.

Le maire Côté espère que cette hausse de construction de logements locatifs perdurera dans la prochaine année afin de remédier à la pénurie qui perdure.

On est toujours clairement en pénurie de logements locatifs. En plus de la construction résidentielle, on doit signaler aussi qu’il y a eu énormément de ventes de maisons. Il n’y a plus beaucoup de maisons inoccupées dans le grand Gaspé. La pression va se transférer de plus en plus vers le logement locatif et sur la construction d’habitation résidentielle, précise-t-il.

Hausse particulièrement importante dans l'Est-du-Québec

Cette tendance est la même dans plusieurs autres centres urbains de l’Est-du-Québec.

Augmentation des chantiers résidentiels dans les centres urbains de l’Est-du-Québec

Baie-Comeau : 2 chantiers en 2020 contre aucun en 2019

Gaspé : 229 %

Îles-de-la-Madeleine : 79 %

Matane : plus de 300 %

Rimouski : 32 %

Rivière-du-Loup : 168 %

Sept-Îles : 50 %.

Source : Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec

Dans les régions rurales, soit dans les municipalités qui comptent moins de 10 000 résidents, la hausse globale des mises en chantier résidentielles est de 54 %.

À l'échelle provinciale, la hausse des nouvelles constructions est globalement de 13 %, soit une augmentation beaucoup moins marquée que dans la majorité des centres urbains de l'Est-du-Québec.

Au Québec, en 2019, 54 006 nouvelles constructions ont été enregistrées. Depuis 1990, seule l’année 2004 a été plus faste, grâce à un impressionnant total de 58 448 habitations entamées, peut-on lire dans un communiqué de l'Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ).

Par ailleurs, 80 % des constructions enregistrées sont des logements collectifs et 20 % sont des maisons individuelles.

Deux travailleurs sur un toit en construction à Charlottetown le 1er octobre 2020.

Malgré la fermeture complète des chantiers du 24 mars au 19 avril 2020, puis une fermeture partielle jusqu’au 11 mai, les résultats de 2020 ont dépassé toutes les attentes, selon l'APCHQ (archives).

Photo : Radio-Canada / Julien Lecacheur

La hausse des constructions de maisons individuelles a d'ailleurs augmenté globalement de 21 % en 2020, pour atteindre 10 861 nouvelles fondations coulées, un fait que souligne l'APCHQ, puisque ce nombre était plutôt en déclin depuis plusieurs années.

Le directeur du Service économique de l’APCHQ, Paul Cardinal, souligne d’ailleurs que la hausse connue l’année dernière est exceptionnelle, considérant le contexte de la pandémie.

Le contexte de la pandémie [...] a provoqué une fermeture complète des chantiers du 24 mars au 19 avril, puis une fermeture partielle jusqu’au 11 mai, dit-il. Les résultats de 2020 ont dépassé toutes les attentes, même les plus optimistes.

Au Québec, on enregistre la meilleure année pour la construction résidentielle depuis 2004.

Paul Cardinal, directeur du Service économique de l’APCHQ

Selon lui, deux phénomènes expliquent cette hausse record.

D’abord, il y a plusieurs centres où il manquait des logements locatifs, comme Rivière-du-Loup qui a eu un très bon bilan en 2020 avec 129 logements locatifs qui se sont ajoutés. [...] Cela est lié au fait que le taux d'inoccupation était très bas depuis un certain temps et qu’il y avait définitivement plus de besoins pour construire des unités locatives, indique-t-il.

Ensuite, le marché de la revente des maisons unifamiliales a explosé cette année : on est dans un marché de vendeurs, ça fait qu’il manque d’offres sur le marché de la revente alors ça va diriger certaines personnes à se diriger vers une propriété neuve.

On prévoit en 2021 une baisse significative des mises en chantier, affirme Paul Cardinal.

avec la collaboration de Martin Toulgoat

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !