•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Qui est George Springer, la nouvelle vedette à 150 M$ des Blue Jays?

Les Blue Jays lui auraient consenti un contrat de 6 ans et 150 millions de dollars, mardi

George Springer se trouve dans le champ centre d'un terrain de baseball. Il est accroupi.

George Springer a disputé les sept premières saisons de sa carrière avec les Astros de Houston.

Photo : Associated Press / David J. Phillip

Les Blue Jays de Toronto ont envoyé un message fort aux équipes du baseball majeur : ils ne seront plus à négliger. L'acquisition du voltigeur George Springer, l'un des meilleurs de sa profession, annonce que l'équipe canadienne passe aux choses sérieuses.

Mais qui est cet homme auquel les Blue Jays auraient consenti le plus important contrat de leur histoire, soit 150 millions de dollars pour six ans?


L'athlète de 31 ans est né à New Britain, dans l'État du Connecticut, où il a aussi grandi. Il a d'ailleurs fait ses classes avec les Huskies de l'Université du Connecticut dans les rangs universitaires américains, avant d'être repêché au 11e rang au total par les Astros de Houston en 2011.

Il a passé ses sept premières saisons dans le baseball majeur dans l'uniforme de la formation texane, dans la Ligue nationale. Il a été nommé au match des étoiles trois fois (2017, 2018 et 2019).

En tant que voltigeur, il a aussi remporté deux Bâtons d'argent, remis aux meilleurs joueurs offensifs de chaque ligue à chaque position.

Les plus gros contrats consentis à des joueurs autonomes par les Blue Jays :

  • 2021 | 6 ans et 150 M$ | George Springer
  • 2014 | 5 ans et 82 M$ | Russell Martin
  • 2019 | 4 ans et 80 M$ | Hyun-Jin Ryu
  • 2005 | 5 ans et 55 M$ | A.J. Burnett
  • 2005 | 5 ans et 47 M$ | B.J. Ryan

En 2017, George Springer a remporté la Série mondiale avec les Astros. L'Américain a d'ailleurs été nommé joueur par excellence de la série. La victoire de son équipe a toutefois été éclaboussée par un scandale de tricherie, pour lequel le gérant et le directeur général de la formation ont été congédiés.

Springer et ses coéquipiers de Houston se sont rendus de nouveau en grande finale en 2019, où ils ont perdu en sept matchs contre les Nationals de Washington.

Une famille sportive

George Springer affiche un large sourire dans l'uniforme des Astros.

George Springer a remporté la Série mondiale en 2017 avec les Astros de Houston.

Photo : Associated Press / Matt Slocum

Son grand-père, George Chelston Springer, a quitté le Panama à 17 ans pour s'établir aux États-Unis dans l'espoir d'y devenir un joueur de baseball professionnel, rapporte le magazine Sports Illustrated. Il a été lanceur pendant quatre ans pour le Teachers College of Connecticut, devenu la Central Connecticut State University, mais il n'a pas été plus loin.

Son père, George Springer fils, a pris part à la Série mondiale des petites ligues en 1976, puis il a joué au football américain pour l'Université du Connecticut. C'est là qu'il a rencontré sa femme, Laura, une gymnaste, toujours selon Sports Illustrated. Ils ont eu trois enfants : George III, Nicole et Lena.

La nouvelle acquisition des Blue Jays parle d'ailleurs espagnol en plus de l'anglais, mais sa maîtrise de la langue n'est pas parfaite, a-t-il confié dans un entretien avec le réseau ESPN. Sa mère lui a appris la langue, elle qui est portoricaine.

Un athlète engagé

Dans sa jeunesse, Springer a dû faire avec un bégaiement, qu'il a mis du temps à accepter. Aujourd'hui, il continue de s'investir auprès d'une organisation nationale à but non lucratif, la Stuttering Association for the Young (SAY), pour aider les jeunes bègues à surmonter leur peur de s'exprimer. Il est porte-parole de l'organisation, qui est aussi appuyée par le nouveau président des États-Unis, Joe Biden, selon le site Internet de Stuttering Association for the Young.

Au début de la pandémie, en mars 2020, Springer a versé 100 000 $ de sa poche pour venir en aide aux employés du Minute Maid Park, le domicile des Astros à Houston, selon le réseau MLB Network.

Bien qu'il ait des comptes certifiés sur Twitter (Nouvelle fenêtre) et Instragram (Nouvelle fenêtre), George Springer n'est pas présent sur les médias sociaux. Il n'a publié qu'une seule fois sur chacune de ces plateformes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !