•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des milliers de parents angoissés de l’ouverture des écoles en phase rouge

Le quart des parents du Nord-Ouest ont décidé de garder leurs enfants à la maison.

Une salle de classe vide photographiée à travers l'œil magique d'une porte.

Les écoles restent ouvertes en phase rouge au Nouveau-Brunswick.

Photo : Reuters / Francois Lenoir

Radio-Canada

Des parents néo-brunswickois s’expliquent mal l’ouverture des écoles en phase rouge. Le nombre de cas de COVID-19 atteint des sommets et les élèves étaient prêts à passer à l’apprentissage en ligne, déplorent plus de 18 000 signataires d’une pétition lancée lundi.

Le plan de la province pour faire face à la COVID-19 prévoyait initialement la fermeture des écoles en phase rouge, comme ce fut le cas au printemps. Les parents ont dû acheter des ordinateurs portables à leurs adolescents cet été pour se préparer à cette éventualité.

Le ministère de l’Éducation a toutefois annoncé dimanche un autre changement à son plan. Dorénavant, les écoles en phase rouge fermeront seulement si l’on y découvre un cas de COVID-19, a-t-il décrété. Quatre écoles ont dû fermer cette semaine, dont trois dans le nord-ouest de la province.

Je trouve que c'est mal organisé

Une mère d’une adolescente de l’école Saint-Jacques, Julie Caron, trouve que cette façon de procéder crée de l'angoisse et de la confusion. Elle croit qu’il vaudrait mieux fermer les écoles pour le moment.

Je trouve que c’est mal organisé. L’an passé les enfants ont perdu six mois d’école alors qu’on n’avait aucun cas. Et cette année l’épidémie est au fond, on était équipé pour tout faire par Internet, et ils décident de laisser nos jeunes à l’école.

Ils disent que c’est sécuritaire, mais il y a quatre écoles de fermées ici, alors ce n’est pas si sécuritaire que ça.

Julie Caron, mère d'une élève de 8e année
Julie Caron, mère d'une élève de l'école Saint-Jacques.

Julie Caron, mère d'une élève de l'école Saint-Jacques.

Photo : Radio-Canada

25 % des élèves à la maison

Le quart des parents du Nord-Ouest ont décidé de garder leurs enfants à la maison, malgré les recommandations du district scolaire.

C'est le cas de Mélissa Bernier, qui a retiré son fils de la maternelle depuis quelques semaines déjà, de crainte qu'il ne soit infecté. Elle pense garder son enfant à la maison jusqu'à ce que la région d'Edmundston retourne en phase jaune, puisqu’elle souffre d'un problème cardiaque.

Je n’ai pas besoin de m’inquiéter et de me demander constamment si on l’a attrapé ou si on l’a transmis à quelqu’un.

Les enfants qui développent des formes sévères de la COVID-19 sont très rares, mais il existe peu de données sur les risques de transmission des enfants aux adultes.

Le directeur du District scolaire francophone Nord-Ouest (DSFNO), Luc Caron, a réitéré que la décision de garder son enfant à la maison relève des parents et que ceux-ci doivent en assumer les conséquences, puisque les suivis réguliers avec les enseignants ne sont pas obligatoires.

Le DSFNO s'est d'ailleurs s’est rangé derrière la position du ministère de l’Éducation, qui a fait valoir qu’il est préférable de garder les écoles ouvertes pour la santé mentale des jeunes, qui transmettent peu le virus entre eux.

Des cas de COVID-19 dans au moins quatre écoles

Après les écoles Sacré-Coeur à Grand-Sault et Saint-Basile à Edmundston, c’est au tour des écoles Saint-Jacques à Edmundston et Edith Cavell à Moncton de fermer leurs portes en raison de cas de COVID-19.

L'entrée de l'école.

Tous les élèves et employés de l'école Saint-Jacques doivent s'isoler à cause de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

L'école Saint-Jacques doit fermer pour trois jours, comme le prévoit le nouveau règlement de la phase rouge. De plus, la santé publique a ordonné aux élèves et au personnel scolaire de s'isoler jusqu'à nouvel ordre en raison du nombre élevé de cas de COVID-19 dans la région afin de permettre la recherche de contacts et les tests de dépistage.

Les élèves et les membres du personnel seront avisés par la santé publique quand ils pourront cesser leur auto-isolement, selon le district scolaire. Il n'a pas été précisé si les familles des enfants et des employés doivent aussi s'isoler.

L'école Saint-Basile doit rouvrir jeudi, mais la réouverture de l'école Sacré-Cœur est reportée au lundi 25 janvier.

L'école primaire anglophone Edith Cavell à Moncton est fermée pour le reste de la semaine. La santé publique précise toutefois que l'apprentissage se poursuit à la maison sans répercussions sur la communauté scolaire.

La zone 4, qui inclut le Madawaska, est passée en phase rouge lundi. Les régions de Moncton, de Fredericton et de Saint-Jean lui ont emboîté le pas mercredi.

En vertu du protocole de la province, les écoles de ces régions peuvent demeurer ouvertes, mais elles ferment pour un minimum de trois jours lorsqu’un cas est détecté.

Avec les informations de Jean-Philippe Hughes et de Nadia Gaudreau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !