•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tragédie des motoneigistes au Lac-Saint-Jean, un an après

Le 21 janvier 2020, cinq touristes français et leur guide québécois sont morts quand leurs motoneiges se sont engouffrées dans le lac Saint-Jean. Un an plus tard, la tragédie laisse encore des traces.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Des policiers à motoneige observent les glaces du lac Saint-Jean.

Des policiers à motoneige mènent des recherches sur le lac Saint-Jean pour retrouver les motoneigistes disparus.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Laurie Gobeil

« L’accident, c’était horrible à vivre. C’était une douche glacée et en plus ça a duré, duré », raconte Céline Adam depuis son appartement, en France. Son fiancé, Arnaud Antoine, est mort au Lac-Saint-Jean. Enceinte de trois mois au moment du drame, elle a attendu jusqu'en mai que son corps soit retrouvé.

Par une journée froide de janvier, Arnaud Antoine est parti en excursion de motoneige avec sept de ses amis au Lac-Saint-Jean. À quelques kilomètres de leur point d’arrivée, cinq d’entre eux, accompagnés de leur guide, le Québécois Benoît L'Espérance, ont dévié du sentier balisé pour se rendre à Saint-Gédéon. Ils ont ensuite sombré dans les eaux glaciales du lac Saint-Jean.

Les trois autres membres du groupe sont parvenus à faire demi-tour pour alerter les secours.

Quand elle a appris la nouvelle, de l’autre côté de l’Atlantique, Céline Adam était sous le choc au point de craindre de perdre son bébé. Sa grossesse lui a permis de garder le cap.

C’était inimaginable pour moi de perdre ce cadeau de la vie! Je me suis dit que je portais la vie et rien que pour rendre fier Arnaud et pour prouver à ma fille que la vie vaut le coup d’être vécue, je me suis levée chaque jour.

Céline Adam
Céline Adam était enceinte de trois mois lorsque l'accident est survenu, au Lac-Saint-Jean.

Arnaud Antoine et Céline Adam attendaient un bébé lorsque l'accident est survenu.

Photo : Céline Adam

L’impact du départ d’Arnaud Antoine, tout comme celui des autres motoneigistes français, est bien grand, encore aujourd’hui, en France.

Les gens sont encore en deuil, confie Claude Abel, alors maire de Sainte-Marie-aux-Mines, la municipalité d’où proviennent deux victimes et deux survivants. Encore aujourd’hui, la commune de 5000 âmes subit les contrecoups de cette tragédie.

Rapport et recommandations

Afin d’en apprendre plus sur les circonstances qui lui ont enlevé son fiancé, Céline Adam attend avec impatience les conclusions du rapport de la coroner qui mène l’enquête, Me Jessica Tremblay.

Je suis impatiente que l’enquête se termine et voir ce qu’il en est.

Céline Adam

Elle espère que les recommandations de la coroner feront en sorte qu'aucune autre famille n'aura à vivre ce qu'elle a vécu.

Une motoneige tirée par un câble sur la neige.

L'une des sept motoneiges repêchées dans le fond de l'eau.

Photo : Radio-Canada / Steeven Tremblay

La coroner n'en est toutefois pas à l'étape de l’explication des circonstances de l’accident, encore moins à celle de faire des recommandations. Elle explique qu'il ne s'agit pas d'un dossier comme les autres en raison du nombre d'expertises réalisées (mécanique, toxicologique et anatomique).

J’en suis à finaliser le processus d'investigation et je débuterai bientôt la rédaction. Je pense avoir complété le rapport d'ici la fin du printemps ou le début de l'été, mentionne celle qui a reçu le rapport de police il y a quelques semaines seulement. Le nombre de victimes et le contexte de l'événement expliquent le délai dans la production du rapport.

Des pratiques changées depuis

Dans les jours suivant la tragédie, la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, a annoncé que son gouvernement allait agir pour éviter que des événements du genre se reproduisent.

Une nouvelle mouture de la Loi sur les véhicules hors route est entrée en vigueur le 30 décembre dernier. Cette loi introduit notamment l’obligation de suivre une formation minimale lors de la location d’un véhicule hors route, et exige une formation reconnue par le ministère du Tourisme pour agir comme guide lors d’une excursion en véhicule hors route. Le guide impliqué dans la tragédie était certifié.

On a modifié certaines stratégies pour notamment mettre de l'avant l'utilisation des sentiers balisés, souligne de son côté Virginie Brisson, de la Corporation d'innovation et développement Alma - Lac-Saint-Jean-Est (CIDAL). On fait très très attention pour mettre des images qui ne favorisent pas la pratique hors des sentiers, qui est moins sécuritaire, ajoute-t-elle.

Du réconfort dans la tragédie

Dans un message vidéo, son bébé sur les genoux, Céline Adam se dit très touchée par les nombreux messages qu’elle a reçus au cours de la dernière année.

Je tiens à remercier les gens du Lac-Saint-Jean mais aussi les Canadiens. Vous avez été très présents quand l’accident s’est déroulé. Encore aujourd’hui, il y en a pas mal qui prennent de mes nouvelles. Merci d’avoir été là, merci pour votre chaleur et votre accueil.

Victimes

  • Benoît L’Espérance
  • Gilles Claude
  • Julien Benoît
  • Yann Thierry
  • Arnaud Antoine
  • Jean-René Dumoulin

Un reportage soulignant le premier anniversaire de la tragédie sera diffusé jeudi soir au Téléjournal Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !