•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gatineau reporte officiellement le paiement des taxes

La façade de l'hôtel de ville de Gatineau.

La Maison du citoyen de Gatineau

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un délai additionnel sera bel et bien accordé pour le paiement des taxes foncières à Gatineau en 2021, a tranché le conseil municipal mardi soir.

Alors que les dates butoirs étaient prévues pour le 3 février et le 30 juin, elles seront repoussées sans intérêt ni pénalité au 6 avril et au 31 août. Cette proposition, qui avait été recommandée la semaine dernière, a reçu l’appui unanime des élus lors de la première séance du conseil municipal de l’année, qui a commencé avec un hommage à la mémoire de l’ancienne mairesse d’Aylmer, Constance Provost.

La Ville agit de la sorte pour une deuxième fois. En 2020, le conseil avait accepté de reporter à août le paiement attendu en juin. Près de la moitié des contribuables avaient tout de même réglé leur note dans les délais initialement prévus.

Plus tôt en après-midi, en caucus préparatoire, le conseiller Jean-François LeBlanc avait proposé d’amender la résolution pour que les taxes soient payées en quatre versements, et non en deux. Selon le service des Finances, mettre en place cette modification coûterait 2 millions de dollars et prendrait au moins 6 mois de travail.

Les élus n’ont finalement pas retenu sa suggestion. Il faudrait qu’on me fasse la démonstration qu’il y a une masse critique de monde dans le trouble qui ne peut pas se permettre de payer en deux versements, et je ne l’ai pas cette information-là, a rétorqué le conseiller Gilles Carpentier, en qualifiant de très anecdotiques les preuves apportées par Jean-François LeBlanc sur la nécessité d’instaurer cette mesure.

Un site et douze immeubles à protéger

Le cimetière Notre-Dame ainsi que 12 immeubles franchissent une nouvelle étape en vue d'être protégés à titre de patrimoine municipal.

La Ville a mandaté son nouveau conseil local du patrimoine pour qu’il évalue la possibilité d’accorder une citation patrimoniale au lieu de sépulture aménagé en 1872 ainsi qu’à douze édifices privés répartis sur tout le territoire de Gatineau. Ces immeubles comprennent le 105 rue Sacré-Coeur, qui abrite des bureaux du Centre de protection de l'enfance et de la jeunesse de l'Outaouais.

Vers un droit de préemption

Gatineau demandera au gouvernement provincial de modifier sa charte afin de lui accorder un droit de préemption.

Cette mesure donne à une ville le droit d’acheter, en priorité sur tout autre acheteur, un terrain ou un édifice afin d’y réaliser un projet au bénéfice de la communauté. Gatineau souhaite se doter de ce droit comme outil additionnel pour contrer la crise du logement.

L'assujettissement serait valide pour une période de 10 ans.

Juste avant la rencontre du conseil, la Chambre de commerce de Gatineau (CCG) a publié par communiqué ses recommandations. Selon l’organisme, la Ville devrait considérer son propre parc immobilier comme une option pertinente.

L’objectif est d’avoir une considération tant pour le citoyen que pour le commerçant propriétaire, qui est déjà lourdement affecté financièrement par la crise actuelle. Nous préconisons des orientations qui permettront le développement d’une politique de logement social sans hypothéquer la valeur des immeubles, par exemple avec des appels d’offres sur des terrains vacants actuels, a écrit le président par intérim de la CCG, Stéphane Bisson.

La CCG prendra part aux discussions avec la Ville sur la question du droit de préemption, a-t-il déjà été déterminé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !