•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pétition de Catherine Morissette atteint déjà 2800 signatures

Catherine Morissette parle devant un micro.

Catherine Morissette est propriétaire d'un salon de coiffure à Saguenay. Elle est également la mairesse de Saint-David-de-Falardeau.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La pétition de Catherine Morissette demandant de considérer les salons de coiffure comme des services essentiels atteignait déjà 2800 signatures mercredi matin.

La propriétaire d'un salon de coiffure de Saguenay, et également mairesse de Saint-David-de-Falardeau, a mis en ligne cette pétition destinée à François Legault pour demander une réouverture de ce type de commerce. L'objectif initial était de recueillir 1500 signatures.

Depuis le début de la pandémie, les salons de coiffure ont été durement frappés par les mesures sanitaires car ils ont dû fermer leurs portes pendant plusieurs semaines. Ce n'est pas juste pour moi, je parle des salons en général. Il y en a qui ont beaucoup plus de misère que d'autres, a avancé la femme d'affaires et politicienne.

Selon Catherine Morissette, le temps est venu de considérer les salons de coiffure comme des services essentiels. D'abord pour le bien que peut procurer une coupe de cheveux. Je suis très consciente que ce n'est pas une question de vie ou de mort, mais après un an de pandémie, je pense qu'on est capable de voir ces choses-là. Tout le bien que ça peut faire, au même titre que bien d'autres choses qui sont demeurées ouvertes, a-t-elle visé.

Une coiffeuse coupe les cheveux d'une femme.

Les salons de coiffure sont de nouveau fermés depuis le 25 décembre au Québec.

Photo : AP / Manu Fernandez

Dans le texte de sa pétition, elle demandait aussi le même traitement que les kinésiologues ou massothérapeutes qui ont pu poursuivre leurs activités.

L'un des arguments invoqués par Mme Morissette pour justifier la réouverture des salons de coiffure, c'est sur le fait que ces commerces peuvent permettre de briser l'isolement, en particulier chez les personnes âgées. On rit, mais on dit souvent je vais chez la psychologue, je vais chez la coiffeuse, sauf que c'est vrai. C'est vrai parce qu'il y en a qui sont chez nous une fois par semaine, une fois par mois, et c'est leur seule sortie. C'est avec nous qu'ils parlent. Et quand ils ressortent, ils ont le nez un petit peu plus haut. L'estime de soi, c'est important.

Catherine Morissette a reçu des dizaines d'appuis depuis la publication de la pétition. Elle estime aussi que les salons de coiffure ont prouvé que les mesures sanitaires qui s'appliquent à ces commerces fonctionnent bien. On est tellement aseptisé, on est tellement tannant! Si tu mets ta main sur la table, c'est clair qu'on passe. Tu mets ton cellulaire? On passe. Pas le droit de boire et manger, pas le droit d'enlever le masque. On lave les cheveux avec le masque, a-t-elle énuméré.

D'après un reportage de Louis Martineau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !