•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux nouveaux cas de COVID-19 liés au foyer Extendicare de Kapuskasing

Un panneau devant le foyer Extendicare de Kapuskasing.

Le foyer Extendicare de Kapuskasing est aux prises avec une éclosion de COVID-19.

Photo : Extendicare

Le Bureau de santé Porcupine a signalé deux nouveaux cas de COVID-19 mercredi, tous liés à l’éclosion au foyer de soins de longue durée Extendicare de Kapuskasing, où environ le quart des résidents ont été déclarés positifs à la COVID-19.

Depuis la déclaration d’une éclosion, le 7 janvier, 19 cas ont été signalés au sein de l'établissement. Quatorze des personnes infectées sont des résidents, a confirmé Laura Gallant, porte-parole d’Extendicare, dans un courriel envoyé mercredi à Radio-Canada.

Hélène Koscielniak se fait bien du souci pour sa mère, qui réside dans ce foyer depuis environ deux mois, même si elle se trouve dans une aile de la résidence sans cas de COVID-19.

Je suis vraiment inquiète pour ma mère, c’est sûr; elle est en bonne santé, mais à cet âge-là, c’est garanti qu’elle ne survivrait pas à ce genre de virus, dit-elle.

Mme Koscielniak se dit toutefois satisfaite des services offerts par le personnel du foyer. Je trouve quand même qu’à Extendicare, les gens semblent vouloir prendre toutes les précautions.

Portrait d'Hélène Koscielniak.

Hélène Koscielniak s'inquiète pour sa mère.

Photo : Claude J. Gagnon

Selon la direction du foyer, les personnes infectées sont isolées des autres résidents, et les travailleurs ne peuvent pas se déplacer d’une aile à l’autre.

Les résidents qui n’ont pas contracté le virus sont confinés dans leur chambre.

Je me suis demandé ce qui pourrait être fait de plus, et franchement, je ne sais pas.

Une citation de :Hélène Koscielniak

Même son de cloche pour Marie-Paule Lebel et Ricky-Ann Dorval, qui ont aussi des proches habitant dans ce foyer.

Tout comme Mme Koscielniak, elles sont inquiètes, mais elles affirment qu'elles font confiance à la direction et au personnel d’Extendicare.

La mère de Marie-Paule Lebel se trouve également dans l’aile où il n’y a pas de cas de COVID-19.

On ne peut pas rentrer. C’est frustrant, admet sa fille.

Mme Lebel, qui a travaillé 10 ans pour le centre de soins de longue durée, croit fermement que la direction a le bien-être des résidents à cœur.

Elle est bien là, ajoute-t-elle au sujet de sa mère. Elle ne pourrait pas retourner à la maison, car elle ne peut plus marcher et elle souffre de démence.

Nous avons accès à de l’information quotidienne, affirme Ricky-Ann Dorval. On est satisfaits des services reçus.

Son beau-père, qui a besoin d'oxygène de façon régulière, est en attente du résultat d'un test de dépistage. Un examen préliminaire fait par un médecin laisse croire qu'il a été infecté.

Les familles attendent avec impatience l'arrivée des vaccins dans la région.

Le député néo-démocrate de Mushkegowuk–Baie James, Guy Bourgouin, est également préoccupé par l’éclosion au foyer Extendicare de Kapuskasing.

Il affirme être régulièrement en contact avec la santé publique et la direction du centre de soins de longue durée.

Un homme en veston.

Le député Guy Bourgouin

Photo : Radio-Canada

Le député estime que l’intervention du gouvernement n’est pas nécessaire à ce moment-ci, mais qu’il faudra surveiller la situation de près.

Si ça continue à se détériorer, il faudra faire des appels pour demander de l’aide.

Une citation de :Guy Bourgouin, député néo-démocrate de Mushkegowuk—Baie James

La responsable des communications d’Extendicare, Laura Gallant, assure que le foyer de Kapuskasing travaille en étroite collaboration avec les services de santé publique pour s’assurer que [ses] pratiques de contrôle des infections sont fondées sur les dernières données disponibles.

Nous respectons strictement toutes les directives provinciales et locales en matière de santé publique et nous continuerons à effectuer des tests rigoureux afin de pouvoir combattre efficacement le virus et l’éliminer de notre foyer le plus rapidement possible, ajoute-elle.

Ailleurs dans le Nord

Le nombre de cas actifs remonte dans le Nord de l’Ontario, après une baisse lors des derniers jours.

Au total, les bureaux de santé publique de la région ont recensé 37 cas mardi et une vingtaine de guérisons.

Dans le Nord-Ouest de la province, le Bureau de santé du district de Thunder Bay a fait état, mardi, de 18 nouveaux cas.

La mise à jour quotidienne de mardi signalait au départ 24 cas, mais le Bureau de santé a publié un communiqué mercredi matin pour indiquer que 6 des résultats positifs étaient erronés.

Le tableau montre qu'il y a eu 43 nouveaux cas de COVID-19 dans le Nord de l'Ontario et qu'il y a 233 cas actifs.

Le nombre de cas actifs est en hausse à Thunder Bay et Sudbury.

Photo : Radio-Canada

Parmi ces cas, plusieurs sont liés à une éclosion dans un chantier près de Marathon, et 7 se trouvent dans les deux établissements carcéraux de Thunder Bay.

Santé publique Sudbury et districts a ajouté 7 nouveaux cas à son bilan et a annoncé le décès dû à la COVID-19 d’une quatrième personne qui résidait à la maison de retraite Amberwood Suites.

Le tableau montre qu'il y a eu 12 nouveaux cas au total dans les circonscriptions sanitaires de North Bay-Parry Sound, Algoma, Porcupine et Timiskaming.

Il n'y a pas eu de nouveaux cas dans le district de Timiskaming depuis le 12 janvier.

Photo : Radio-Canada

Le Bureau de santé du district de North Bay-Parry Sound et Santé publique Algoma n'ont signalé mardi qu’un seul nouveau cas chacun.

Le Bureau de santé du Nord-Ouest et les Services de santé du Timiskaming ne faisaient état d’aucun nouveau cas de leur côté.

Avec les informations de Bienvenu Senga

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !