•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alberta affirme qu’elle n’a pas à consulter sur l'extraction de charbon à ciel ouvert

Une mine à ciel ouvert devant les Rocheuses albertaines.

La région de Crowsnest Pass a été une plaque tournante de l'industrie canadienne du charbon, qu'elle espère relancer aujourd'hui.

Photo : CBC

Le gouvernement de l'Alberta affirme qu’il n’avait pas à mener de consultations avant d’annuler, en mars dernier, une politique qui interdisait l'extraction de charbon à ciel ouvert sur les pentes orientales des Rocheuses. Il demande à un juge de la Cour du Banc de la Reine de Calgary de rejeter une contestation judiciaire à ce sujet.

La contestation a été lancée par des propriétaires de ranchs, auxquels veulent se joindre des Premières Nations, des municipalités et des militants pour la protection de l’environnement qui sont inquiets des conséquences de cet élargissement du droit de l'extraction de charbon sur leurs communautés.

Le groupe espère convaincre le juge que déclarer que le gouvernement ne pouvait pas prendre sa décision unilatéralement. En 1976, le gouvernement de Peter Lougheed avait mis en place une politique déterminant les conditions d'extraction de charbon sur les pentes orientales des Rocheuses. Elle interdisait notamment les mines à ciel ouvert dans les zones les plus écologiquement fragiles.

Le directeur de la conservation de l’Association de la nature sauvage de l’Alberta, Ian Urquhart, affirme que l’abolition de cette politique touche plusieurs communautés et met en péril des espèces menacées et la propreté de trois cours d’eau majeurs. Pourtant, le gouvernement n’a consulté personne, sauf l’industrie du charbon, affirme-t-il.

Le registre des lobbyistes démontre que l’Association charbonnière canadienne a fait du lobbying auprès du gouvernement albertain au cours de l’année 2020.

Le gouvernement a créé une attente de consultation [sur l'extraction du charbon], il doit donc la remplir.

Ian Urquhart, directeur de la conservation de l'Association de la nature sauvage de l'Alberta

Le gouvernement rejette cet argument, affirmant qu’il n’y a aucune attente à ce sujet. Son avocate, Melissa Burkett, affirme que la Cour ne peut pas dicter les politiques publiques du gouvernement.

L’annulation des baux de charbon n’est pas suffisante

Ian Urquhart salue la décision du gouvernement albertain d’annuler 11 baux qui auraient permis l’extraction à ciel ouvert de charbon sur les pentes orientales des Rocheuses.

[Annuler ces baux], c’est un petit pas, mais il va dans la bonne direction.

Ian Urquhart, directeur de la conservation de l'Association de la nature sauvage de l'Alberta

Toutefois, il ne s’agit que d’une petite partie de nombreux baux déjà alloués à cet effet dans la dernière année, rappelle-t-il.

Dans son communiqué, publié lundi, la ministre de l’Énergie affirmait que l’annulation de ces 11 baux n’aura aucun impact sur les projets de charbon existants qui suivent un examen réglementaire. La ministre a décliné notre demande d’entrevue.

Selon Ian Urquhart, cela pourrait vouloir dire que tous les projets déjà lancés, peu importe leur stade, sont protégés.

Gros plan sur des mains d'homme tenant du charbon.

Le gouvernement conservateur uni compte sur l'extraction du charbon pour diversifier et relancer l'économie dans certaines régions albertaines.

Photo : Radio-Canada / ICI Saskatchewan

Ce n’est toutefois pas suffisant pour calmer la colère de certains, comme le maire de High River, Craig Snodgrass. Celui-ci demande le renvoi ou la démission du ministre de l’Environnement, Jason Nixon, pour ne pas avoir défendu l’environnement dans ce dossier.

Les gros joueurs de l’énergie savent qu’ils doivent agir sur le plan environnemental pour avoir une place sur la scène internationale. Nous ne pouvons pas avoir un ministre de l’Environnement qui se moque complètement de l’environnement. Nous avons besoin de quelqu’un qui peut agir sur ce front, a déclaré le maire lors de l’émission de radio indépendante de Ryan Jespersen.

Craig Snodgrass avoue avoir voté pour le Nouveau Parti démocratique lors de la dernière élection, car il ne fait pas confiance au premier ministre Jason Kenney.

L’opposition néo-démocrate appelle elle aussi le gouvernement albertain à revenir sur sa politique et à protéger les pentes orientales des Rocheuses de l'extraction de charbon à ciel ouvert.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !