•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'avenir de l'Institut de Memramcook commence à se préciser

Derrière des grillages, un édifice. Il y a de la neige et ce n'est pas déblayé.

L'Institut est une pierre angulaire du centre du village de Memramcook. Le bâtiment occupe une place importante dans l'histoire acadienne.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Bernier

François Le Blanc

Le projet d'établir une école privée bilingue internationale dans l'Institut de Memramcook aurait pris une longueur d'avance. Et un acheteur potentiel, mais controversé aurait reculé.

Lors de la réunion du conseil du village de Memramcook, le maire Michel Gaudet a fait une mise à jour sur l'avenir du bâtiment, propriété de la province et qui est vide depuis 2016 après une faillite.

Les choses avancent bien dans le dossier de l'école privée, révèle M. Gaudet. Le conseil a reçu des détails d'une étude de faisabilité des promoteurs du projet, le Dr Aurèle Schofield et l'homme d'affaires Bernard Cormier. Ils aimeraient fonder une école dite internationale bilingue dans ce qui était autrefois l'Université Saint-Joseph.

c6b15b8aae764e89bb0f306835a87e4e

Le maire Michel Gaudet, lors d'une conférence de presse portant sur l'Institut de Memramcook, en septembre dernier.

Photo : Radio-Canada / Francois Leblanc

Michel Gaudet semble encouragé par les derniers développements. Il y a deux ans, ça semblait un projet far-fetched, tiré par les cheveux, comme on dit en anglais. Mais là, ça semble comme s'il y avait une lueur au bout du tunnel.

Selon lui, il reste du travail à faire avant d'y arriver. Pas avant 24 mois.

Portes vitrées.

Les portes de l'Institut pourraient s'ouvrir à un nouveau locataire. Mais, il y a encore du travail à faire, selon le maire.

Photo : Radio-Canada / Francois Leblanc

Cet automne, Radio-Canada révélait qu'un acheteur potentiel, Canadian National Growers (CNG) avait démontré son intérêt auprès du gouvernement Higgs. L'entreprise de pomiculture, qui possède des vergers dans le comté de Kent, voulait transformer l'Institut en école agroalimentaire.

Michel Gaudet pense que CNG a reculé. Je crois que CNG a entendu l'opposition dire qu'il y avait de l'intérêt de la part de plusieurs gens de la communauté, incluant des gens d'affaires de la région et des membres du conseil municipal. Il a décidé de ne pas venir s'établir dans la région.

Tourné vers l'avenir

Le maire de Memramcook aimerait que le gouvernement du Nouveau-Brunswick effectue des rénovations majeures à l'intérieur. L'extérieur du bâtiment a subi une cure de rajeunissement (béton et fenêtres) en 2017.

Daniel Allain devant un drapeau du Nouveau-Brunswick.

Daniel Allain, ministre des Gouvernements locaux et de la Réforme de la gouvernance locale, en 2020.

Photo : Radio-Canada

Michel Gaudet a fait part de ses suggestions au ministre des Gouvernements locaux, Daniel Allain, lors d'une visite la semaine dernière.

Édifice avec neige.

L'Institut de Memramcook est toujours vide et attend un nouveau locataire. Le bâtiment historique a accueilli le Collège et l'Université Saint-Joseph jusqu'en 1968.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Bernier

La bâtisse est très solide, mais le souci est à l'intérieur.

Michel Gaudet

Le gouvernement progressiste-conservateur a déjà prévenu la population que les travaux de rénovation à l'intérieur du bâtiment ne seraient financés qu'à partir du moment où un acheteur se présenterait.

C'est comme un couteau à deux tranchants, explique toutefois Michel Gaudet. Quand on veut montrer le bâtiment à des groupes, comme celui de l'école privée, tout ce qu'il y a des édifices, c'est des colonnes et des lumières.

Il aimerait que la province se charge des travaux de plomberie, d'électricité et de ventilation, qui nécessiteraient six mois, selon son évaluation.

Memramcook aimerait que tout projet accepté par la province inclut des espaces pour un centre communautaire.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick n'a pas répondu à nos demandes d'entrevues à ce sujet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !