•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une année sans grippe en Colombie-Britannique

Une personne marche avec un chien tenu en laisse dans le quartier de Gastown, à Vancouver.

Les autorités sanitaires n'ont pas détecté de cas de grippe circulant dans la communauté depuis le début de la saison grippale.

Photo : ben nelms/cbc / Ben Nelms

Radio-Canada

C’est une première en 20 ans. Les autorités sanitaires de la Colombie-Britannique n'ont pas détecté de cas de grippe circulant dans la communauté depuis le début de la saison grippale. Une tendance « exceptionnelle » probablement due aux mesures sanitaires adoptées pour freiner la propagation de la COVID-19.

Je suis sur le terrain depuis 20 ans et je n'ai jamais rien vu de tel, et ce n'est pas faute d'avoir essayé [de trouver des cas] , indique la responsable de la surveillance de la grippe et des virus respiratoires émergents au Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique (BCCDC), Danuta Skowronski.

Cette année, 30 000 échantillons ont été testés pour la grippe dans la province. Cela représente quatre fois plus de tests qu’au cours des cinq dernières saisons.

De ce nombre, une douzaine ont donné un résultat positif au test de dépistage, mais il s'agit de personnes ayant reçu le vaccin et qui ne sont donc pas comptées comme provenant d'une infection communautaire, selon le BCCDC. L'an dernier, il y a eu 861 résultats positifs pour environ 10 000 tests dépistage.

Lors du bilan quotidien des autorités lundi, le ministre de la Santé, Adrian Dix, a dit que l'absence de la grippe dans la communauté est une très bonne nouvelle dans le contexte actuel.

Par ailleurs, il a ajouté que jusqu'à présent, aucune éclosion de grippe n'a été signalée dans les établissements de soins de longue durée , alors que l'an dernier, 19 éclosions ont été signalées au sein de ces établissements.

Depuis le début de la saison, 1 427 000 Britanno-Colombiens ont reçu le vaccin contre la grippe.

Une tendance pancanadienne

L'expérience de la Colombie-Britannique est la même partout au pays.

Il n'y a pas eu assez de cas de grippe pour pouvoir déclarer que la saison de la grippe 2020-2021 a commencé au pays, selon un rapport publié jeudi par l'Agence de santé publique du Canada.

Ces statistiques ont d'ailleurs apaisé les craintes des experts de la santé au Canada, qui redoutaient une double épidémie cet hiver.

La faiblesse de l'activité grippale est vraiment exceptionnelle, souligne la Dre Skowronski. Elle suppose que ce sont les mesures contre la propagation de la COVID-19 qui ont provoqué ce déclin.

Les mesures anti-COVID-19 ont provoqué un déclin spectaculaire

La saison de la grippe atteint généralement son point culminant en Colombie-Britannique en décembre et en janvier.

La Dre Skowronski estime que les mesures de santé publique adoptées pour ralentir les infections par le virus qui cause la COVID-19, soit le lavage des mains, la distanciation physique, le port de masques et la réduction des déplacements, sont probablement ce qui a contrecarré la grippe ordinaire.

Nous avons constaté un déclin spectaculaire de l'activité grippale presque dès que nous avons mis en œuvre ces mesures de santé publique en mars dernier. Nous faisions alors face à une épidémie de grippe, et dès que ces mesures ont été mises en place, c'était comme si la grippe était tombée d'une falaise. Et cela n'a pas changé depuis, ajoute-t-elle.

Quant à savoir si les mesures de santé publique doivent rester en place même après la fin de la pandémie de COVID-19, Danuta Skowronski pense que cette idée est à envisager par les responsables de la santé.

Je pense qu'il serait utile de faire le bilan des mesures et de ce qui a fonctionné, mais c'est une question d'équilibre. Certaines de ces mesures sont assez extrêmes et sont mises en place parce que, en fin de compte, le SRAS-COV-2 n'est pas le virus de la grippe, précise-t-elle, notant qu'il a des conséquences beaucoup plus graves.

La Dre Skowronski souligne qu’il faudra cependant évaluer les avantages et le coût du maintien de ces mesures.

Avec des informations de Rafferty Baker

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !