•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Miramichi : zéro cas, mais toujours en phase orange

Le pont Centennial à Miramichi

Le pont Centennial à Miramichi

Photo : Radio-Canada / Michel Nogue/Radio-Canada

Quatorze jours après son passage en phase orange avec le reste de la province, la région de Miramichi est la seule à n'avoir aucun cas actif connu.

Les gens réalisent comment qu’on est choyés, lance d’entrée de jeu Marc Allain, le directeur général du Carrefour Beausoleil de Miramichi. Mais les gens comprennent aussi la précarité de cette position-là.

Le fait que Miramichi s’est retrouvée pendant deux semaines au même niveau d’alerte que ses régions voisines de Moncton (73 cas actifs) et de Fredericton (54 cas actifs) ne le dérange pas.

On est une si petite province qu’on ne peut pas être détaché d’une région à l’autre.

Marc Allain à son bureau.

Marc Allain est le directeur général du Carrefour communautaire Beausoleil, à Miramichi.

Photo : Radio-Canada

Ils comprennent que c’est dans le but de protéger la situation tout à fait choyée dans laquelle on se trouve, raconte-t-il, même s’il n’y a pas un enthousiasme effréné pour être en zone orange.

Mardi, toutes les régions au sud de Miramichi tombaient en phase d’alerte rouge. Miramichi, Campbellton, Bathurst et la Péninsule acadienne sont les seules régions à demeurer au niveau orange.

Prévention

Le copropriétaire du concessionnaire automobile Roussel Toyota, Michel Roussel, admet pour sa part que la situation est particulière, notamment pour les commerces comme le sien.

L'augmentation du niveau d’alerte a tout de même été bien accueillie dans son entourage.

Quand la province est devenue orange [...] tout le monde était d’accord.

L’entrepreneur se demande quand même ce qui serait arrivé si sa région avait été la seule en phase jaune.

Il y aurait peut-être des gens qui se seraient dit : "on peut aller-là parce qu’ils sont jaunes".

Michel Roussel, copropriétaire de Roussel Toyota

En mettant tout le monde orange, je pense que même nous autres ça nous a aidés, on a eu moins de trafic. Avoir été en zone jaune tout seul, je crois que ça aurait été un danger, pense-t-il.

À 15 minutes d’une zone en phase rouge

Le chef pompier de la brigade de Baie-Sainte-Anne, Ligouri Turbide comprend que des personnes souhaiteraient retourner en phase jaune dans la région.

Mais avec l’augmentation des cas dans le sud de la province, l’heure est à la prudence, selon lui.

Un panneau d'arrêt.

Depuis le retour des Fêtes, la COVID-19 se propage partout au Nouveau-Brunswick.

Photo : iStock

C’est sûr que c’est dur, dit-il.C’est dur pour les restaurants, pour le monde qui a des business.

Il précise que sa brigade de pompiers n’a plus le droit de s’entraîner depuis que sa communauté est en alerte orange.

Il prend l'exemple de Pointe-Sapin, considérée comme faisant partie de la région de Moncton, mais à seulement 15 minutes de sa communauté. Ce n’est pas si loin que ça!

On ne peut pas prendre ça à la légère et avoir d’autres cas.

Ligouri Turbide, chef pompier de la brigade de Baie-Sainte-Anne

Depuis le retour des fêtes, la COVID-19 se propage partout au Nouveau-Brunswick. Même les régions de Bathurst et de la Péninsule acadienne, qui avaient été épargnées pendant plusieurs mois, comptent neuf cas actifs, son record depuis le début de la pandémie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !