•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pompiers de Montréal veulent être vaccinés en priorité contre la COVID-19

Des pompiers en tenue dans la rue.

Les pompiers du Service de sécurité incendie de Montréal doivent intervenir comme premiers répondants lors d'urgences médicales.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

L’Association des pompiers de Montréal (APM) demande aux autorités sanitaires que leurs membres aient accès prioritairement et immédiatement aux vaccins contre la COVID-19, compte tenu de la nature de leur travail.

L’Association des pompiers de Montréal (APM) dénonce la décision de la santé publique de ne pas inclure ses membres dans les catégories prioritaires du plan de vaccination provincial contre la COVID-19.

L'APM rappelle que les pompiers doivent intervenir quotidiennement pour répondre à des urgences médicales, et ce, au même titre que les ambulanciers paramédicaux.

Comme les pompiers sont des premiers répondants certifiés, leur syndicat crie à l'injustice.

À ce seul titre, la vaccination prioritaire nous apparaît être non pas un privilège, mais une garantie d’intervention sécuritaire pour toutes les parties en cause, plaide le président du syndicat, Chris Ross.

Il affirme que plus de 80  pompiers ont été déclarés positifs à la COVID-19 dans les derniers mois. Cette situation a forcé la mise en isolement préventif de 400 collègues pour éviter des éclosions dans les casernes.

En considérant qu'il y a près de 2400 pompiers dans les 67 casernes de Montréal, cela représente le retrait de 20 % des effectifs depuis le début de la pandémie afin de se conformer aux règles sanitaires.

J’ose à peine imaginer ce que la situation pourrait engendrer comme cauchemar s’il devait advenir que plusieurs autres pompiers soient déclarés positifs à la COVID-19, affirme M. Ross.

Interventions et COVID

L'Association des pompiers de Montréal estime que ses membres sont particulièrement exposés à la COVID-19, compte tenu de leur réalité sur le terrain.

Les pompiers ont répondu à plus de 85 000 urgences médicales en 2019. Ils travaillent surtout dans un territoire qui enregistre le plus fort taux de contamination dans la province.

Ces pompiers doivent travailler en groupes en casernes, mais surtout s’activer à bord de camions d’incendie et travailler dans des situations où les règles de la distanciation sociale ne peuvent pas toujours être respectées, par la force des choses et la nature du travail d’équipe, a tenu à rappeler le chef syndical.

Le président de l'APM demande au directeur national de santé publique, Horacio Arruda, de clarifier l'application des directives ministérielles pour y inclure les pompiers en priorité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !