•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'importance de vite vacciner ceux qui vivent avec une déficience intellectuelle ou de l’autisme

Une infirmière une fiole du vaccin contre la COVID-19 de Pfizer-BioNTech.

Des consultations publiques sur la santé mentale ont lieu mardi et mercredi au Québec.

Photo : Reuters

Radio-Canada

Les personnes atteintes d’une déficience intellectuelle ou de troubles comme celui du spectre de l’autisme doivent faire partie des groupes prioritaires à vacciner, a plaidé le titulaire de la chaire autodétermination et handicap de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), Martin Caouette, à l'occasion des consultations publiques sur la santé mentale des Québécois.

Le chercheur est intervenu mardi dans le cadre des consultations menées par le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, au sujet des effets de la pandémie de COVID-19 sur la santé mentale de la population.

Il estime que les personnes ayant un handicap ou un trouble comme celui du spectre de l’autisme souffrent d'une perte de repères importante liée à la pandémie. Cette situation est à l'origine d'une grande détresse, constate Martin Caouette, qui est aussi chercheur à l'Institut universitaire en déficience intellectuelle (DI) et trouble du spectre de l'autisme (TSA).

Leur capacité restreinte à comprendre la situation, l'absence ou la diminution de répit pour leurs proches et une situation d'hébergement souvent mal adaptée rendent la pandémie particulièrement éprouvante.

Le vaccin n’a pas qu’un impact physique, il a aussi un impact sur la santé mentale de la personne elle-même et de ses proches, tout simplement parce qu’il vient rassurer, affirme Martin Caouette.

Il rappelle que ces gens ont été considérés comme des personnes vulnérables durant la pandémie. Le professeur en psychoéducation croit donc que leur ordre de priorité pour la vaccination doit aussi refléter ce statut.

Les consultations publiques qui se déroulent mardi et mercredi ont pour but d'élaborer un plan d'action en santé mentale qui entrerait en vigueur à l'automne 2021.

D'après les informations d'Amélie Desmarais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !