•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Couvre-feu : plus de 60 contraventions dans l’Est-du-Québec

Deux policiers examinent la lettre que tient une personne pour prouver qu'elle a de bonnes raisons de circuler après 20 heures.

La Sûreté du Québec s'occupe de faire respecter le couvre-feu dans les régions de l'Est-du-Québec (archives).

Photo : Radio-Canada / Gabriel Gervais, caméraman

Radio-Canada

La Sûreté du Québec (SQ) a dressé un bilan des contraventions remises par ses agents en lien avec le couvre-feu dans les différentes régions de la province. Le total de constats remis s’élève à 65 dans les trois régions de l’Est-du-Québec.

Ainsi, du 11 au 17 janvier, la SQ a remis 30 constats ou rapports d’infractions générales au Bas-Saint-Laurent, dont 26 en lien avec le couvre-feu.

En Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, ce sont 27 constats généraux, dont 19 en lien avec le couvre-feu qui ont été remis entre ces mêmes dates.

Sur la Côte-Nord, le corps policier comptabilise 22 constats généraux, dont 20 en lien avec le couvre-feu.

C’est donc un total de 65 constats d’infractions qui ont été remis dans l’ensemble des trois régions directement en lien avec la mesure du couvre-feu.

Une personne qui serait à l’extérieur de chez elle après le début du couvre-feu, sans raison valable, peut recevoir une contravention de 1000 $ à 6000 $.

Les autres constats dits d'infractions générales ont été remis en lien avec les autres mesures sanitaires en vigueur, incluant des rassemblements illégaux ou le refus de porter le masque.

La SQ avait initialement refusé de dévoiler ces statistiques comme le faisaient des corps policiers municipaux dans la province. Elle publiera dorénavant ces statistiques régionales toutes les semaines.

Malgré une situation épidémiologique plus enviable que d’autres régions du Québec, la Côte-Nord a aussi été soumise au couvre-feu provincial afin de préserver le réseau de la santé. Le directeur de santé publique de la Gaspésie avait expliqué sensiblement la même chose pour les Îles-de-la-Madeleine, qui souhaitaient aussi avoir un statut particulier et être soumises à des mesures moins strictes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !