•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La citoyenne complotiste quitte le comité de la sécurité publique de Sherbrooke

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
L'hôtel de ville de Sherbrooke.

L'hôtel de ville de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Bertrand Galipeau

Radio-Canada

La citoyenne complotiste, membre du comité de la sécurité publique à la Ville de Sherbrooke, a annoncé mardi qu'elle quittait ses fonctions au sein de ce comité.

Lundi, la citoyenne a été officiellement convoquée par la Ville afin qu’elle puisse donner sa version des faits, explique la présidente du comité de sécurité publique, Danielle Berthold.

Toutefois, la membre du comité a refusé de participer à la rencontre, et a préféré se retirer du comité. 

C’est jamais agréable, comme quand vous êtes un employeur, d’avoir à remercier quelqu’un. Ça aurait été, je pense, une première à la Ville, commente Danielle Berthold.

Au cours de la fin de semaine, la présidente du comité de sécurité publique avait fait des vérifications auprès du service juridique de Ville pour voir s’il lui était possible de tenir une séance du comité extraordinaire avant la prochaine séance du 9 février. 

Le comité devait déterminer le sort de la citoyenne mardi soir. La séance a été annulée, en raison de l’annonce de cette démission. 

On est régi par une séquence qui fait qu’on ne peut pas destituer quelqu'un comme on veut.

Danielle Berthold, présidente du comité de sécurité publique de la Ville de Sherbrooke

Puisque la citoyenne en question avait été nommée par l’arrondissement des Nations, il en revient à cette direction de nommer un nouveau membre parmi ses citoyens.

La direction de l’arrondissement doit se réunir en début de semaine prochaine pour statuer sur la question. Cependant, comme le présent mandat tire à sa fin, Danielle Berthold soulève la possibilité que l’arrondissement décide de laisser le poste vacant.   

La conseillère municipale de Sherbrooke Danielle Berthold

Danielle Berthold

Photo : Radio-Canada / ICI Estrie/Carl Marchand

Révision du processus de recrutement

Le dossier de cette citoyenne a fait revoir au comité certaines de ses pratiques. Désormais, toute personne qui n’assiste pas à trois séances consécutives sans justification valable sera destituée.

Des vérifications plus approfondies seront aussi faites sur les personnes qui siègent sur les divers comités de la Municipalité. 

La conseillère Berthold souligne qu’un comité pourrait être mis en place pour évaluer plus en profondeur chaque candidature, et pour assurer plus de surveillance. Des discussions sur le sujet sont à venir à la Ville. Elle concède que les médias sociaux prennent de plus en plus de place dans la sphère publique, et qu’une forme de veille pourrait être envisagée. 

Bien qu’elle soutient qu’il était important d’agir dans ce dossier, elle se désole de la tournure des événements: On se sent mal. C’est du bénévolat, ce sont des gens qui décident de donner de leur temps pour leur communauté  [...] C’est pas facile. Comment on se départi de quelqu’un qui fait un don de soi?

La présidente du comité de sécurité publique conclut que la Ville souhaite prendre soin de ces rares citoyens prêts à donner de leur temps, mais surtout, elle veut s'assurer qu'une telle situation ne se reproduise pas.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !