•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pêcheurs de Grande-Rivière interpellent le ministre Lamontagne

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Des bateaux hors de l'eau en hiver.

En 2017, la remorque qui sert au transport des bateaux entre le quai et le parc de remisage a échappé un bateau.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Ils demandent l’intervention du ministre responsable des Pêcheries pour dénouer l’impasse sur la réalisation d’un parc d’hivernage de bateaux à Grande-Rivière.

Le milieu s’est mobilisé pour ce projet à la suite d’un incident survenu en 2017 alors qu’un homardier est tombé d’une remorque de fabrication artisanale utilisée pour la mise à l’eau et le remisage des bateaux. Le bateau a été considéré comme une perte totale.

L’accident a mis en lumière la désuétude des équipements et soulevé des problèmes de sécurité et d’assurabilité pour les pêcheurs.

Il y a un bateau qui est tombé. De prime abord, c’est vraiment une question de sécurité.

Gino Cyr, maire de Grande-Rivière

L’aménagement de l’aire d’hivernage avec services, caméras de surveillance, électricité, clôtures, pour des bateaux de moins de 15 mètres (50 pieds) nécessite l’acquisition d’un chariot élévateur ou grue-portique d’une capacité de levage de 60 tonnes ainsi que la construction d’une rampe pour les bateaux.

Le quai de Grande-Rivière sous la neige de janvier.

Les pêcheurs de Grande-Rivière travaillent depuis deux ans à la réalisation du projet.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Le parc pourrait accueillir 48 navires côtiers et de pêche aux poissons de fond. Le projet est évalué à un peu plus de 2 millions de dollars. Déjà, plus de 500 000 $ ont été amassés dans la communauté.

En attente de réponses

Jusqu’à récemment, le projet cheminait bien. Une demande de financement a été déposée au ministère de l’Économie et de l’Exportation. Mais le 19 octobre dernier, les promoteurs ont reçu une fin de non-recevoir.

Le projet a été renvoyé au ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ), où il n’y a pas non plus de programme pour soutenir financièrement ce genre de projet.

Les porteurs du projet ont été invités, en décembre, à cogner à la porte du nouveau Fonds des pêches, destiné à moderniser l’industrie. On est toujours en attente de nouvelles, mais on sait qu’il n’y a pas de programme, commente le maire de Grande-Rivière, Gino Cyr. Ce dernier s’inquiète d’un nouveau refus.

En attente d'équité

Les pêcheurs demandent au ministre André Lamontagne de déposer un décret qui autoriserait le financement du projet. Les membres de l’Administration portuaire de Grande-Rivière (APGR) ont fait leurs devoirs, ils ont participé à l’élaboration du projet avec la firme d’ingénierie mandatée à l’étude financière et technique et une bonne partie d’entre eux se sont déjà engagés financièrement dans une part du milieu de 20 %. On ne demande pas la charité, indique Vincent Gallagher-Duguay, vice-président de l’APGR.

Vincent Gallagher-Duguay regarde la caméra, debout devant des bateaux dans la neige.

Vincent Gallagher-Duguay, vice-président de l’APGR, souligne que des projets similaires ont été financés à 100 % aux Îles-de-la-Madeleine et sur la Côte-Nord.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Le pêcheur s’interroge sur le traitement que Québec réserve aux pêcheurs de la Gaspésie puisque des projets similaires ont été financés à 100 % ailleurs au Québec.

C’est le cas notamment aux Îles-de-la-Madeleine et sur la Côte-Nord, relève le maire de Grande-Rivière.

Des pourparlers

Parallèlement, le maire Cyr travaille à la municipalisation des terrains du parc d’hivernage. Cette question est aussi en suspens. C’est un dossier qui est politique, le terrain ici, ça appartient au MAPAQ, la rampe de lancement sur le quai ici, ça appartient au fédéral. En plus, c’est le MPO qui nous demande d’avoir les plans et devis pour analyser les futures installations sur le quai.

Les lots que nous utilisons appartiennent toujours à Pêches et Océans et au MAPAQ. Si un autre bateau était échappé lors de son transport, en assumeront-ils la responsabilité? demande Vincent Gallagher-Duguay.

Les pêcheurs se demandent ce qui va arriver avec leur bateau à l’automne.

Le maire de Grande-Rivière, Gino Cyr, debout dehors dans le parc d'hivernage des bateaux de Grande-Rivière.

Le maire souligne que la municipalisation des terrains du parc d'hivernage est aussi un dossier à régler.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Le maire de Grande-Rivière rappelle que la pêche est le principal apport économique de sa municipalité.

Avec la collaboration de Martin Toulgoat

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !