•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nintendo visée par une demande de recours collectif au Québec

Une personne tient dans ses mains les manettes d'une console de jeux Nintendo Switch.

La console de jeux vidéo Nintendo Switch.

Photo : Radio-Canada / Maxime Johnson

Radio-Canada

Propriétaires de Nintendo Switch, avez-vous déjà remarqué des problèmes avec vos manettes Joy-Con? Votre situation n’est pas unique. Et ça fait désormais l’objet d’une demande d’action collective au Québec contre le géant nippon du jeu vidéo.

Imaginez. Vous êtes en pleine immersion dans un jeu vidéo, et votre manette vous amène dans des directions que vous n’avez jamais demandées. Ce phénomène, appelé Joy-Con Drift, fait l’objet de nombreux recours collectifs contre Nintendo dans le monde, notamment en France et aux États-Unis.

La plus récente demande vient du Québec, et la plaignante, Kelly-Anne St-Laurent, souhaite que toutes les personnes qui détiennent une console Switch de la marque nippone joignent leur voix à la sienne. (Nouvelle fenêtre)

Selon ce qu’on peut lire dans la requête, Nintendo avait accepté de réparer l’une des manettes de la Québécoise, qui était défectueuse après 11 mois d’utilisation. Le problème s’est toutefois répété sur l’autre manette deux mois plus tard, puis sur une autre paire de Joy-Con, et, finalement, sur sa manette Nintendo Switch Pro.

Notre cliente est d’avis que ce défaut compromet sérieusement la fonctionnalité de base des manettes et l’empêche d’utiliser correctement sa console.

Lambert Avocat Inc.

Selon le cabinet Lambert Avocat inc., qui pilote le recours, ce défaut représente un vice caché grave et réclame pour chaque Québécois et Québécoise qui a acheté une console Nintendo Switch un montant de 100 $ de la part du géant du jeu vidéo, soit le coût approximatif d’une paire de manettes Joy-Con, en plus d’un montant allant de 90 à 130 $ par manette défectueuse.

La demande est actuellement en attente d’autorisation par un juge de la Cour supérieure, selon ce qu’indique le cabinet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !