•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les retards de livraison de Pfizer toucheront d'abord les résidents des RPA

Une préposée sert du gâteau à une résidente d'une maison de retraite.

Les aînés qui vivent dans les RPA devaient être les prochains à être vaccinés à partir du 25 janvier.

Photo : AFP / THOMAS KIENZLE

Pierre-Alexandre Bolduc

Les aînés qui vivent dans les résidences privées pour aînés (RPA) seront les premiers touchés par les retards de livraison annoncés par la pharmaceutique Pfizer. Après les résidents en CHSLD et le personnel de la santé, ils devaient être les prochains à recevoir le vaccin contre la COVID-19, à partir du 25 janvier, date précise où les livraisons seront interrompues au Canada.

C'est sûr que le retard qu'on va devoir accuser va certainement toucher les RPA, confirme le Dr Jacques Girard, directeur adjoint de santé publique pour la région de la Capitale-Nationale.

Jacques Girard en visioconférence.

Jacques Girard, directeur adjoint de santé publique de la Capitale-Nationale

Photo : Radio-Canada

On veut se doter d'un plan de match pour être certain qu'on reste avec nos sites prioritaires. […] On va espérer que la situation soit temporaire, comme on nous l'annonce.

Le Dr Jacques Girard, directeur adjoint de la santé publique pour la Capitale-Nationale

La santé publique régionale répète essentiellement le même message que le gouvernement Legault : aussitôt que les vaccins seront disponibles, les équipes sont prêtes à les administrer sur le terrain. Au Centre de foires [ExpoCité], on peut vacciner 60 000 personnes dans une semaine. La population de la Capitale-Nationale, c'est 750 000 personnes. Calculez comme moi, dit le Dr Girard.

Déplacements à ExpoCité

Lorsque le vaccin sera disponible, le CIUSSS de la Capitale-Nationale s’attend à ce que les résidents autonomes des RPA se rendent dans ce mégacentre de vaccination pour se faire inoculer le vaccin. Mardi, le Regroupement québécois des résidences pour aînés a plutôt demandé à ce que toutes les personnes âgées qui habitent dans les RPA soient vaccinées dans leur résidence.

On trouve que ça n’a pas de bon sens. On ne permet pas aux aînés habitant en résidence privée pour aînés d’aller à la salle à manger. Alors, je verrais mal qu’on les envoie faire la file pour se faire vacciner, affirme le président-directeur général du Regroupement, Yves Desjardins.

Yves Desjardins est président-directeur général du Regroupement québécois des résidences pour aînés

Yves Desjardins, président-directeur général du Regroupement québécois des résidences pour aînés

Photo : Radio-Canada

Ça n’a pas de bon sens. Si on va en RPA pour vacciner les résidents, je ne voudrais pas qu’on commence à faire une distinction entre ceux qui sont inscrits au maintien à domicile et ceux qui sont plus autonomes.

Yves Desjardins, président-directeur général du Regroupement québécois des résidences pour aînés

Yves Desjardins avance aussi que certaines personnes âgées sortent très peu en hiver compte tenu du risque de chute sur les surfaces glacées.

Ouverture de la santé publique

Sans s’engager à se rendre dans l’ensemble des RPA pour offrir la vaccination, la santé publique promet d’évaluer chaque résidence au cas par cas. Le Dr Jacques Girard admet que le Centre de foires représente un dédale très important à parcourir pour des personnes âgées.

Il faut quand même considérer que c'est pas parce que c'est des milieux où les personnes sont dites autonomes que c'est le cas pour tout le monde, concède-t-il.

On va faire une bonne analyse de la situation. On a souvent une bonne idée du niveau d'autonomie dans ces milieux-là, donc c'est certain qu'on va prendre tout ça en considération, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !