•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soccer professionnel européen : un Acadien de la Nouvelle-Écosse tente de percer

Pascal Doucette lors d'un match des Aigles Bleus de l'Université de Moncton

Pascal Doucette lors d'un match des Aigles Bleus de l'Université de Moncton

Photo : Pascal Doucette

Mathieu Massé

Pascal Doucette n’est pas du genre à se satisfaire d’un simple « non ». Il tente de faire sa place dans le monde du soccer professionnel et que ce soit au Canada ou en Europe, la pente est abrupte. L’été dernier, il a réussi à trouver une brèche où s’insérer : en Irlande du Nord.

Pascal Doucette n’est pas une superstar au parcours d’étoile filante. Il serait plutôt à l’image de la Fourmi de Jean De La Fontaine. Travaillant et résilient. Lorsque nous nous sommes parlé, le défenseur central avait déjà couru 15 kilomètres sur un terrain à l'entraînement. J’y retournerais probablement si ce n’était que mon corps doit se reposer.

Pascal Doucette dans l'uniforme des Aigles Bleus de l'Université de Moncton botte un ballon.

Pascal Doucette sur le terrain des Aigles Bleus de l'Université de Moncton

Photo : Pascal Doucette

Après la saison universitaire passée avec l’Université de Moncton l’année dernière, l’arrivée de la COVID-19 a bien sûr compliqué ses plans, mais il n’est pas du genre à s’en laisser imposer. À la suggestion d’un ami, il passe une partie de l’été 2020 à écrire à toutes les équipes d’Irlande. J’ai envoyé mon CV à 46 ou 48 équipes pour leur dire que et il y en a une qui m’a répondu alors je suis allé! C’était ma chance! raconte-t-il.

Pour Pascal Doucette, c’était non seulement la chance de fouler le terrain, mais aussi de prouver qu’il appartenait bien au monde du soccer professionnel. Au Canada, on a pas beaucoup de clubs professionnels et en Europe, c’est vraiment le top du top. Alors c’était le moment de me prouver que c’était pas juste une fantaisie dans ma tête tout ça.

C’est avec le club Ards FC, à Newtownards, près de Belfast en Irlande du Nord, qu’il a fait ses débuts professionnels. Il s’agissait d’un essai professionnel et non d’un contrat, mais pour le Néo-Écossais, c’était l’occasion d’ajouter une corde à son arc pour convaincre d’autres clubs qu’il était de calibre professionnel.

Pascal Doucette a passé la saison dernière dans les rang de l'Université de Moncton avant de se rendre en Irlande pour une partie de l'été 2020.

Pascal Doucette a passé la saison dernière dans les rang de l'Université de Moncton avant de se rendre en Irlande pour une partie de l'été 2020.

Photo : Pascal Doucette

Comme trouver un emploi

La recherche d’un club professionnel n’est pas si différente de la recherche d’emploi, selon Pascal Doucette. J’ai mon CV de joueur de soccer et comme pour un CV normal, il y a des lignes avec mes expériences. Pour et contre quelles équipes j’ai joué, si j’ai compté des buts. En général, ça prend trois références pour être pris au sérieux, explique-t-il.

Sans agent l’été dernier ni permis de travail, la tâche de se trouver une équipe était colossale.

Il n’a par exemple pu recevoir aucune rémunération de la part du club Ards FC. Le voyage en Irlande du Nord s’est organisé à ses frais, mais Pascal Doucette ne s’en formalise pas. En fait, il a même atteint un de ses objectifs, puisqu’il ira joindre les rangs du club Fleetwood Town, en Angleterre au mois de mars.

Difficile de percer la Première ligue canadienne

Le défenseur acadien a vu l’arrivée de la Première ligue canadienne comme une bonne nouvelle, même s'il réalise qu'il est très difficile de trouver une place dans une équipe sans une expérience bien précise.

Mais l’Acadien de 22 ans est persistant. J’envoie des courriels ou j’appelle la plupart des équipes aux deux ou trois semaines.

C’est après un appel téléphonique avec un membre du personnel entraîneur des Wanderers de Halifax qu’il a finalement compris qu’il devait ajouter quelques lignes à son CV. Il m’a demandé si j’avais déjà été sur l’équipe nationale. Non. Puis avec l’Académie de l’Impact [Club de foot de Montréal]? Non plus. Il m’a donc dit que c’était pour ça qu’on ne m’avait jamais contacté.

C’est certain que le but est de sortir de la avec un contrat et une place dans l’équipe.

Pascal Doucette

Pour Pascal Doucette, l’essai professionnel à Fleetwood Town cet hiver est l’occasion de faire ses preuves dans la ligue de division 2 anglaise, aux portes de la Première ligue anglaise, une des meilleures au monde.

Il est toutefois serein : peu importe ce qui en sortira, il pourra garder l’expérience et, peut-être, convaincre une équipe canadienne. C’est sûr que de jouer devant la famille et les amis, pas de l’autre côté de l’océan, ça serait super, termine Pascal Doucette avec un sourire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !