•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Jardins du Clocher lanceront leur production au printemps à l’église de Saint-Pacôme

Des laitues poussent dans une machine.

La technologie installée par Inno-3B dans l'église de Saint-Pacôme permettra de produire des légumes en feuilles (archives).

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Michaële Perron-Langlais

L’installation d’une tour de production par l’entreprise Inno-3B est actuellement en cours dans l’église de Saint-Pacôme. L’organisme Les Jardins du Clocher devrait être en mesure de commencer la culture de plantes comestibles dans le bâtiment en avril prochain.

Dans le cadre de ce projet, Inno-3B fournit la technologie permettant de cultiver des légumes-feuilles, alors que l'organisme à but non lucratif Les Jardins du Clocher gère la production et la mise en marché.

Près de deux ans après le début des premiers travaux d'aménagement de l’église, le projet s’apprête enfin à franchir une étape importante. Ça prend beaucoup plus de temps que ce qu’on avait anticipé au départ, admet le président d’Inno-3B, Martin Brault.

Ce dernier considère toutefois que les choses avancent à bon rythme depuis l’automne dernier.

Une subvention de 681 500 $ sur trois ans octroyée à la municipalité de Saint-Pacôme par le ministère de l’Environnement du Québec a notamment permis aux Jardins du Clocher d’embaucher un directeur général et une responsable de la production, qui sont entrés en poste en novembre et en décembre, respectivement.

Ça nous permet d’être là et d’avoir des ressources, comparativement à avant, où c’était un travail de bénévoles de porter ce projet et de le faire avancer, souligne le directeur général, Alexandre Bérubé-Beaulieu.

Une église en hiver.

L'organisme à but non lucratif Les Jardins du Clocher est installé à l'église de Saint-Pacôme (archives).

Photo : Facebook / Municipalité de Saint-Pacôme.

De plus, des ajustements apportés cet automne à la composition du conseil d’administration des Jardins du Clocher ont facilité le déploiement du projet, selon le président d’Inno-3B, M. Brault, et le maire de Saint-Pacôme, Robert Bérubé.

À la suite de l’octroi de la subvention à la municipalité, les élus de Saint-Pacôme avaient exigé que deux membres du conseil municipal siègent sur le conseil d'administration des Jardins du Clocher.

C’était un élément qui ralentissait un peu le projet, la politisation de tout ça, souligne Martin Brault.

Les conseillers étaient là et posaient énormément de questions, mais ce n’était pas une valeur ajoutée sur le conseil [des Jardins du Clocher], ajoute Robert Bérubé. On s’est dit : “ne nous mêlons pas de leur développement d’affaires, mais impliquons-nous avec une contribution et un comité de suivi”, parce que la subvention a été donnée à la municipalité.

Quelques semaines avant Noël, Inno-3B a finalement amorcé l’installation de l’équipement de production dans l’église, qui devrait être complétée à la fin mars, selon le président de l’entreprise de Saint-Pacôme.

Les Jardins du Clocher, qui s'occupent de la production et de la mise en marché du projet, devraient ainsi pouvoir commencer la culture de légumes-feuilles au début du printemps. On ne sait pas encore exactement à quel endroit et de quelle façon ça va être distribué pour les premiers cycles de production, précise le directeur de l’OBNL.

Le rôle de la municipalité

Le programme Climat municipalités du ministère de l’Environnement étant dédié à soutenir les administrations municipales dans la lutte aux changements climatiques, c’est Saint-Pacôme qui reçoit la subvention et qui remettra une grande partie de la somme aux Jardins du Clocher.

Des 681 500 $ octroyés, environ 450 000 $ permettent la création de trois emplois, dont ceux de directeur général et de responsable de la production des Jardins du Clocher.

La troisième personne embauchée en lien avec cette subvention sera à l’emploi de la municipalité de Saint-Pacôme. C’est plutôt un rôle de communication, c’est-à-dire de faire la promotion des circuits courts, l’acquisition de légumes frais tout près de chez vous, explique le maire Bérubé. C’est pour sensibiliser, dans un premier temps, les citoyens de Saint-Pacôme, mais au-delà de cela, les gens du Kamouraska.

Portrait d'un homme.

Le maire de Saint-Pacôme, Robert Bérubé (archives)

Photo : Radio-Canada

Robert Bérubé indique qu’un appel de candidatures a été lancé pour pourvoir ce poste.

La municipalité s’est également engagée à investir 50 000 $ dans le projet au cours des trois prochaines années.

Un projet communautaire

En plus des salaires, la subvention servira à développer le côté communautaire du projet.

L’équipement de production étant fourni par Inno-3B, le reste de la subvention permettra surtout aux Jardins du Clocher d’aménager les autres sections de l’église au cours des trois prochaines années.

Il y a d’autres projets dans le reste de l’église, notamment un espace de vente de produits locaux. Il y a aussi une cuisine communautaire collective qui va être aménagée et il y a un espace de salle multifonction pour la tenue d’événements.

Alexandre Bérubé-Beaulieu, directeur général des Jardins du Clocher

Quant à Inno-3B, le projet de l’église de Saint-Pacôme représente une opportunité d’améliorer ses produits.

Il y a des sites ailleurs avec des usagers de la technologie, mais le lien de proximité, c’est unique avec Les Jardins du Clocher, dit Martin Brault. Pour nous, c’est de connaître un opérateur qui est en commercialisation dans un contexte réel d’opération et donc qui vit les gains et les douleurs de la technologie et qui est capable de nous partager son expérience.

Le président d’Inno-3B ajoute que l’église pourra aussi servir de vitrine pour des clients potentiels.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !