•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa lance un avertissement aux voyageurs canadiens

Justin Trudeau à l'extérieur de sa résidence officielle.

Justin Trudeau a réitéré que son gouvernement suit de près la situation engendrée par la découverte de nouveaux variants du coronavirus.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Radio-Canada

Ottawa « pourrait imposer de nouvelles mesures sans préavis » aux voyageurs qui arrivent de l'étranger, affirme le premier ministre canadien Justin Trudeau, sans préciser pour autant de quoi il pourrait s'agir.

L'avertissement a été lancé en conférence de presse mardi, après un énième rappel que le gouvernement déconseille fortement les voyages non essentiels pendant que la pandémie de COVID-19 sévit partout sur la planète.

Ce n’est pas le temps de voyager à l’étranger. Si vous aviez prévu de quitter le pays, s’il vous plaît, au nom de tous les Canadiens, annulez. Ça ne vaut pas la peine d’attraper la COVID-19 et de la ramener au Canada pour un voyage dans le Sud ou ailleurs.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Justin Trudeau a ensuite réitéré que son gouvernement suit de près la situation engendrée par la découverte de nouveaux variants du coronavirus, notamment en Angleterre, au Brésil ou en Afrique du Sud.

Avec ces nouvelles mutations, les circonstances pourraient changer très rapidement. Alors, encore, on demande aux Canadiens de rester ici, au pays, a alors indiqué le premier ministre.

Surtout que, de jour en jour, les ministres continuent d’évaluer les différents enjeux, et on pourrait imposer de nouvelles mesures sans préavis, dépendamment de la situation.

En début d'après-midi, le premier ministre du Québec, François Legault, a pressé Justin Trudeau de passer de la parole aux actes en lui demandant d'interdire tous les vols internationaux non essentiels.

On en a parlé en privé avec le gouvernement fédéral, mais là il est temps d'agir. Je comprends que M. Trudeau, comme nous, ne trouve pas ça idéal, mais on n'en est plus à des souhaits, a-t-il dit.

Des experts réclament des mesures plus strictes

L'avertissement d'Ottawa est lancé alors que plus de 100 virologistes, épidémiologistes, scientifiques, médecins et professionnels de la santé publique ont signé une pétition plaidant pour que le gouvernement fédéral impose de mesures plus strictes aux voyageurs. Cette pétition doit être remise au gouvernement fédéral aujourd'hui.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le professeur Patrick Taillon.

Avec la propagation rapide des nouveaux variants, il reste peu de temps pour éviter le scénario qui se déroule actuellement au Royaume-Uni, indique la pétition, obtenue par Radio-Canada. Tout retard à réduire considérablement le risque d’importation [des variants] pourrait être dévastateur, affirment les signataires.

Je ne comprends pas pourquoi le Canada hésite à adopter cette approche et pourquoi on continue de prioriser les voyages au lieu de prioriser la réduction des cas de COVID-19, a dit Jean-Paul Soucy, étudiant au doctorat en épidémiologie à l'École de santé publique Dalla Lana de l'Université de Toronto, qui est l’un des signataires. 

La pétition (Nouvelle fenêtre) recommande l'adoption de dix mesures, dont :

  • Définir plus clairement ce qui est considéré comme un voyage essentiel;

  • Annuler immédiatement tous les vols à destination et en provenance de destinations non essentielles;

  • Effectuer un dépistage validé de la COVID-19 au point d’entrée pour tous les arrivants (y compris les travailleurs essentiels);

  • Exiger deux tests supplémentaires pendant la quarantaine des voyageurs;

  • Envisager sérieusement la mise en quarantaine obligatoire de tous les voyageurs entrants dans des hôtels désignés;

  • Vacciner les 200 000 à 300 000 camionneurs et les 25 000 à 50 000 travailleurs essentiels qui traversent la frontière entre le Canada et les États-Unis.

Ils donnent en exemple l’Australie, qui a réussi à garder le nombre de cas à presque zéro, en imposant aux voyageurs depuis le 28 mars une quarantaine obligatoire de 14 à 24 jours. Les voyageurs doivent payer leur séjour – soit plus de 3000 $ – dans un hôtel désigné par le gouvernement et ne peuvent pas sortir (on ne donne pas de clé pour la chambre).

Rappelons que, depuis le début de la pandémie, le Canada a logé des milliers de personnes qui sont entrées au Canada et qui étaient incapables de respecter les conditions de l’ordre d’isolement obligatoire. Les experts estiment qu'Ottawa ne peut plus compter sur la bonne volonté des voyageurs pour faire leur isolement.

L’évolution de la pandémie au Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !