•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pétition pour rouvrir les salons de coiffure du Québec

Charline LeBlanc coupe des cheveux en portant un masque.

Les salons de coiffure du Québec ont dû fermer leurs portes de nouveau le 24 décembre.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

La mairesse de Saint-David-de-Falardeau, Catherine Morissette, lance une pétition pour que les salons de coiffure du Québec soient autorisés à rouvrir leurs portes malgré la pandémie.

L’élue, qui est aussi coiffeuse et propriétaire d’un salon, estime qu’il s’agit d’un service essentiel pour le bien-être des citoyens.

La pétition publiée en ligne (Nouvelle fenêtre) interpelle directement le premier ministre François Legault, qui a forcé la fermeture des commerces non essentiels depuis le 25 décembre. La pétition mentionne que les salons de coiffure sont tout à fait sécuritaires grâce aux nombreuses mesures sanitaires mises en place depuis la fin du premier confinement, en juin.

Par exemple, tous les clients et les employés portent le masque, les chaises et les instruments sont désinfectés et les clients doivent remplir un questionnaire à chaque visite. Certains salons sont encore plus restrictifs.

Tout comme chez les massothérapeutes, les kinésiologues, les orthothérapeutes, nous sommes autant vigilants. La différence c’est que nous, nous sommes fermés. Pourquoi?

Extrait de la pétition

En entrevue à l’émission C’est jamais pareil, la mairesse et coiffeuse a rappelé que du 1er juin au 24 décembre, elle et ses collègues avaient montré leurs compétences.

On a pris nos responsabilités, on a appris à vivre avec le virus, on est vraiment très aseptisés, on a prouvé qu’on était capables de le faire, a-t-elle insisté.

Jusqu’à maintenant, la pétition de Catherine Morissette a recueilli près de 700 signatures.

Dans les commentaires publiés au bas de la pétition, on peut lire les propos de plusieurs coiffeuses qui militent pour la reprise permanente de leur profession, notamment parce que la fermeture actuelle fait très mal financièrement à leur entreprise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !