•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après un tollé, l’Alberta annule des baux de charbon dans les Rocheuses

Un camion roule sur une terre noircie par le charbon

Les 11 baux annulés représentent 0,002% des terres louées, selon Katie Morrison, porte-parole de la Société canadienne de la nature et des parcs.

Photo : Reuters / Jim Urquhart

Le gouvernement de l’Alberta cède à la pression du public et annule 11 baux de charbon qui auraient permis l’extraction à ciel ouvert sur les pentes orientales des montagnes Rocheuses.

L’opposition du public à cette initiative a été telle que lundi plus de 100 000 signatures avaient été recueillies sur deux pétitions s’opposant à cette décision.

Une audience devait avoir lieu mardi à la Cour du Banc de la Reine de Calgary sur la question.

À la lumière des préoccupations soulevées ces derniers jours, le gouvernement annule 11 baux de charbon récemment émis, a déclaré lundi la ministre provinciale de l’Énergie, Sonya Savage, précisant que les baux de charbon de la vente aux enchères de décembre 2020 seront annulés.

Nous avons écouté attentivement les préoccupations soulevées ces derniers jours et remercions ceux qui se sont exprimés avec passion.

Une citation de :Sonya Savage, ministre de l’Énergie de l’Alberta

Suspension des ventes futures

Sanya Savage ajoute que le gouvernement a aussi pris la décision de suspendre les ventes futures de baux qui auraient permis l’extraction de charbon à ciel ouvert sur les pentes orientales des montagnes Rocheuses.

Cette pause donnera l'occasion à notre gouvernement de s'assurer que les intérêts des Albertains, en tant que propriétaires de ressources minérales, sont protégés, écrit-elle dans une déclaration.

En supprimant l’interdiction de mines de charbon dans les montagnes Rocheuses, en mai, le Parti conservateur uni (PCU) a mis fin à une interdiction en place depuis 1976 qui protégeait les zones les plus sensibles des Rocheuses.

Des environnementalistes et autres experts le lui ont d’ailleurs reproché, estimant que le gouvernement est tenu par la loi de consulter la population avant de modifier un plan d'utilisation des terres.

Une carte de l'exploitation de charbon dans les montagnes Rocheuses.

En noir, 11 baux de charbon récemment émis, qui ont maintenant été annulés par la province. Les baux de charbon existants sont affichés en gris. Les terres de catégorie 2, où l'exploitation à ciel ouvert a été interdite de 1976 à 2020, sont en bleu.

Photo : Robson Fletcher/CBC

Je veux être absolument clair : dans les conditions actuelles, tout comme dans le cadre de la politique charbonnière de 1976, les baux de charbon ne permettent pas l'exploration, le développement ou la production [de charbon] sans un examen réglementaire complet. Un titulaire de bail n'a pas plus le droit que tout autre Albertain de mettre le pied sur une propriété louée. Les mêmes règles s'appliquent maintenant, comme avant, dit Sonya Savage.

Elle indique que la décision de lundi n'aura pas d'incidence sur les projets de charbon actuellement soumis à un examen réglementaire.

Les 11 baux récemment émis représentent également un petit nombre de baux de charbon existants dans la région qui ne sont pas touchés par cette décision.

0,002 % des baux annulés

Une porte-parole de la Société canadienne de la nature et des parcs, Katie Morrison, a déclaré que plus de 840 000 hectares sont encore à risque et que les 11 baux annulés ne représentent que 0,002 % des terres louées.

Que les baux de charbon soient existants ou nouveaux, les mines de charbon à ciel ouvert sont maintenant autorisées là où elles ne l'étaient pas auparavant.

Une citation de :Katie Morrison, porte-parole de la Société canadienne de la nature et des parcs

La chef de l’opposition néodemocrate, Rachel Notley, abonde aussi dans ce sens.

Des milliers et des milliers d'Albertains se sont prononcés contre ces changements, demandant à être entendus, a-t-elle déclaré. C’est pourquoi j’appelle Jason Kenney à rétablir immédiatement la politique charbonnière de Peter Lougheed et à s’engager à mener des consultations publiques sur tout changement futur de la gestion des terres publiques.

Son porte-parole en matière d’environnement, Marlin Schmidt, avance quant à lui que si le recul du gouvernement est une petite victoire pour ceux qui sont opposés à la politique, les paysages pittoresques de l'Alberta, eux, sont toujours menacés précisant qu'il y a huit autre baux qui restent en vigueur.

Avec des informations de Sarah Rieger, Robson Fletcher et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !