•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Trident célèbre ses 50 ans

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le personnage de la Sagouine se berce

« La Sagouine », tiré du spectacle présenté en septembre 2020, avec Lorraine Côté

Photo : © stéphane bourgeois / Stéphane Bourgeois

C’est avec une nouvelle programmation en ligne que le Théâtre du Trident soufflera ses 50 bougies, le 21 janvier. Pour souligner dignement cet anniversaire malgré la pandémie, l’institution, résidente du Grand Théâtre de Québec, offrira une toute nouvelle formule de productions sur demande, sur le web.

Cinquante ans de vie pour un théâtre au Québec, c’est une longévité impressionnante et respectable qui devient inévitablement un événement. C’est dire l’importance du Trident à travers les années. Quand je pense à ces cinquante ans, je pense à toutes les générations d’artistes qui sont passées par ici, et aussi, bien entendu, à toutes les générations de spectatrices et de spectateurs, souligne Anne-Marie Olivier, codirectrice générale et directrice artistique du Trident.

Une discussion sur un balcon.

Webdocumentaire « 50 ans de feu sacré », épisode 2, avec Marie Tifo et Marjorie Champagne

Photo : courtoisie Le Trident

Le webdocumentaire 50 ans de feu sacré, réalisé par Marjorie Champagne et Marilyn Laflamme sera présenté dès le 21 janvier, à 20 h, sur les pages Facebook et YouTube du Théâtre. Ce sera l’occasion de revisiter un demi-siècle de créations offertes au public. Cinq épisodes seront proposés.

En 50 ans, le Trident aura été dirigé par une dizaine de directions artistiques différentes, aura présenté près de trois cents productions et aura accueilli des milliers d’artistes et artisans ainsi que des millions de spectateurs, précise Anne-Marie Olivier.

Le public pourra ainsi découvrir ou revoir plusieurs spectacles mettant en vedette des artistes d’ici.

Pour le lancement de ce projet, le Trident dévoile cinq premiers rendez-vous, dont trois qui seront accessibles dès le 21 janvier.

Un comédien au centre d'un atelier.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

« Exercices de style » avec Jonathan Gagnon, accompagné de Steve Hamel

Photo : © stéphane bourgeois / Stéphane Bourgeois

Le télé-théâtre Exercices de style, de Raymond Queneau, est tiré du spectacle qui a été présenté en salle du 22 au 26 septembre dernier.

On aura également accès à la pièce La Sagouine, d’Antonine Maillet, dans un format de radio-théâtre. Il s’agit d’une mise en lecture de la pièce présentée en septembre dernier au Trident, avec la comédienne Lorraine Côté dans le rôle-titre.

La pièce Les barbelés, d’Annick Lefebvre, sera également proposée en radio-théâtre.

Une comédienne regarde le sol.

« Les barbelés » avec Mélissa Merlo

Photo : © stéphane bourgeois / Stéphane Bourgeois

C’est une pièce qui nous montre à quel point le monde nous étouffe. Et physiquement, l’héroïne de la pièce a des barbelés qui lui montent jusqu’à la gorge et qui vont aller jusqu’à l’empêcher de respirer et de parler. Annick Lefebvre, c’est une écriture très contemporaine. Même quand on a les meilleures intentions du monde, c’est quoi nos angles morts? C’est un grand souffle tragique, poétique, et on n’en sort pas indemne, relate Anne-Marie Olivier.

Quant à la pièce Eldorado, de Laurent Gaudé, elle sera disponible en mars, en format de radio-théâtre, et divisée en deux épisodes. Cette pièce aborde l’une des plus grandes crises du monde actuel, celle des migrants.

Une petite équipe de tournage et deux comédiens.

Tournage de « Ce qu'on respire sur Tatouine », réalisé en décembre dans le respect des normes sanitaires en vigueur

Photo : courtoisie Le Trident

Enfin, la pièce Ce qu’on respire sur Tatouine, de Jean-Christophe Réhel, sera proposée dans une formule hybride, entre théâtre et cinéma, en mars prochain. 

Dans l’adaptation qu’Olivier Arteau a faite de cette dernière oeuvre en septembre dernier, une seule comédienne faisait les voix de plus d’une demi-douzaine de personnages.

Nous, on s’est demandé comment on pouvait garder ça, qui était vraiment très efficace dans l’oeuvre scénique. On a décidé de prendre tous ces personnages, et de les faire jouer par d’autres acteurs, mais on a gardé le même concept, c'est-à-dire, que cette même actrice fait toutes les voix de tous les personnages. Quand elle incarne un personnage masculin, tout d’un coup, ça donne une autre couleur complètement, explique le réalisateur Eliot Laprise.

Et c’est ainsi que le Trident demeure très actif et dans l’air du temps avec ces nouveaux projets virtuels qui ont été concoctés dans l'attente d’un prochain retour en salle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !