•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de la moitié des habitants de Tahltan admissibles ont été vaccinés

Paysage enneigé du village entre les montagnes.

Tahltan isolé de Telegraph Creek est situé à l'extrême nord de la Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Philippe Morin

Radio-Canada

En date du 16 janvier, 407 des 756 membres de la bande de Tahltan admissibles au vaccin contre la COVID-19 ont reçu une première dose.

La directrice du Centre des opérations d’urgence de la Première Nation, Feddie Louie, affirme que l'urgence est d’abord et avant tout la protection des aînés. 

Nous voulons vraiment nous assurer que tous nos aînés sont protégés. Plus vite tous ceux qui souhaitent le vaccin seront vaccinés, moins grand sera le risque de contaminer nos aînés.

Feddie Louie, directrice, Centre des opérations d’urgence, bande de Tahltan

La Première Nation a reçu un premier chargement de 600 doses du vaccin de Moderna le 29 décembre. Dès le lendemain, des cliniques de vaccination ont été installées dans les villages de Telegraph Creek et d'Iskut.

Les membres de Tahltan qui habitent la collectivité de Dease Lake ont été transportés vers ces deux villages pour obtenir l'injection.

Les résidents de cette municipalité, ainsi que d’autres villages de la grande région, attendent toujours quant à eux les détails de la vaccination prévue par les autorités sanitaires du nord de la Colombie-Britannique.

Le secret de la réussite

Feddie Louie affirme que la campagne de vaccination a pu se faire en un temps record grâce à la préparation des cinq infirmières, avant même l’arrivée des vaccins, pendant la période des Fêtes.

Nous avons fait beaucoup de progrès. Nous sommes vraiment reconnaissants envers elles pour leur dévouement et leur engagement envers nos communautés.

Feddie Louie, directrice, Centre des opérations d’urgence, bande de Tahltan
Les trois employées devant des boîtes placées dans le coffre arrière d'une voiture.

Jodi Payne, Carolyn McKinnon et Nancy Quock qui travaillent pour la campagne de vaccination dans les villages de Tahltan sont celles qui sont allées chercher le premier chargement du vaccin de Moderna.

Photo : bande de Tahltan

Ce sont ces infirmières qui ont récupéré le précieux chargement d’un avion de courrier arrivé à Dease Lake. Les doses ont pu être transportées vers les deux villages isolés qui disposent de congélateurs spécialisés installés préalablement par les Forces armées canadiennes.

Hésitation bien présente

Comme dans d’autres communautés du Nord, l’hésitation à se faire vacciner était bien présente parmi les membres de Tahltan, avoue Feddie Louie.

Quelques personnes, au début, ne voulaient pas du vaccin. Elles étaient d’avis que les Autochtones servaient de cobayes. Elles souhaitaient d’abord voir les effets possibles à long terme, mais plus les gens se sont fait vacciner, plus d'autres ont changé d’avis et se sont portés volontaires, explique-t-elle.

Feddie Louie devant un paysage montagneux enneigé.

La directrice du Centre des opérations d'urgence de la bande de Tahltan, Feddie Louie, affirme que des restrictions de déplacement imposées tôt aux visiteurs, y compris aux membres qui n'habitent pas les villages, ont aidé à prévenir la propagation de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Philippe Morin

La responsable soutient que la Première Nation a passé beaucoup de temps à faire de la sensibilisation, offrant de l’information à ses membres sans pour autant leur forcer la main. Il faut simplement soutenir nos gens. Ils doivent se sentir complètement en confiance, dit-elle.

Aucun cas de COVID-19 n’a jusqu’ici été recensé en territoire Tahltan, fermé à tout visiteur non essentiel depuis l’été dernier en fonction des règles établies par la Première Nation.

Avec les informations de Philippe Morin et Leonard Linklater

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !