•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ski acrobatique : le décollage du Québec Air Force 2.0

Le skieur acrobatique Lewis Irving s'élance pour un saut.

Lewis Irving en compétition, l'hiver dernier.

Photo : Getty Images / Gregory Shamus

Annoncé depuis quelques années en ski acrobatique, le Québec Air Force 2.0 est prêt au décollage. Derrière Lewis Irving, médaillé de bronze en Coupe du Monde, dimanche, en Russie, une vague de jeunes sauteurs formés au Lac-Beauport s’apprête à inonder la scène internationale… dès cette semaine.

Ça m’a fait bizarre un peu en regardant la liste des départs en fin de semaine. Né en 1995, je fais maintenant partie des plus vieux , lance Lewis Irving en souriant.

Jeune visage de l’équipe canadienne aux Jeux olympiques de 2018, l’athlète de Stoneham est maintenant le vétéran de la formation et ses objectifs ont bien changé.

À un peu plus d’un an des Jeux de Pékin, il croit faire partie des meilleurs sauteurs au monde. Il venait de signer deux podiums en Coupe du Monde, l’hiver dernier, lorsque la saison a été interrompue, et sa performance de dimanche, à Yaroslavl, n’a fait que confirmer ses intentions.

Lewis Irving reçoit la veste de l'équipe olympique canadienne de la chef de mission Isabelle Charest.

Le skieur acrobatique Lewis Irving reçoit la veste de l'équipe olympique canadienne de la chef de mission Isabelle Charest, en 2018.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

J’avais eu un super bon camp en Finlande avant Noël, mais la première compétition ne s'était pas déroulée comme je voulais. Ma troisième place d’hier montre que je suis sur le bon chemin et que c’était juste une question de temps avant que les résultats suivent.

Dans une discipline où les blessures sont fréquentes, Lewis Irving veut obtenir son billet pour Pékin le plus vite possible. Après son résultat de dimanche, il ne lui manque plus qu’un autre podium en Coupe du Monde pour garantir sa place aux Jeux olympiques de 2022. Ça enlève beaucoup de poids sur les épaules pour le reste de la saison.

Québec Air Force

Des années 1980 au début des années 2000, un groupe de skieurs québécois a dominé le monde du saut acrobatique. Les Jean-Marc Rozon, Lloyd Langlois, les frères Laroche et le dernier de cette prestigieuse lignée, Nicolas Fontaine, ont ainsi été surnommé le Québec Air Force.

Débuts précoces pour Fontaine et Nadeau

Si Irving commence à se trouver vieux sur le circuit de la Coupe du Monde, ce n’est rien par rapport à sa situation dans l’équipe nationale canadienne. Seul athlète masculin canadien à Yaroslavl il sera rejoint en Russie cette semaine par deux coéquipiers de tout juste 17 ans, Miha Fontaine et Émile Nadeau.

Les deux adolescents et leur coéquipière Flavie Aumond sont les premiers de classe d’une génération dorée de jeunes sauteurs québécois soigneusement développée au centre Acorbatx de Lac-Beauport, depuis dix ans. Ils avaient goûté à la Coupe du Monde l’an dernier, aux États-Unis et avant Noël, en Finlande, mais leur entraîneur avec l’équipe du Québec, Nicolas Fontaine, avait initialement décidé de les garder en Amérique du Nord, cet hiver.

Ce dernier s’est laissé convaincre par l’entraîneur-chef de l’équipe canadienne, Jeff Bean, de changer son fusil d'épaule, la semaine dernière.

Le skieur acrobatique exécute un saut

Miha Fontaine

Photo : Nicolas Fontaine

Un rêve olympique devancé

Jeff m’avait demandé à plusieurs reprises s’ils pouvaient aller aux Coupes du Monde en Russie, mais ils sont encore en secondaire 5 et on ne voulait pas qu’ils manquent trop d’école, explique Nicolas Fontaine, qui est également le père de Miha.

Sauf que la progression fulgurante des deux adolescents et l’absence des puissants sauteurs chinois sur le circuit de la Coupe du Monde cet hiver offraient une trop belle chance de se qualifier pour les Olympiques de 2022. Mardi soir, Miha Fontaine et Émile Nadeau s’envoleront donc pour Moscou.

Le père trouve que ça va vite, mais l’entraîneur a l’impression qu’ils vont pouvoir se battre pour faire des finales en Coupe du Monde dès cet hiver, lance Nicolas Fontaine, ne cachant pas sa fierté.

Après Moscou, l’équipe canadienne se dirigera vers la Biélorussie puis aux États-Unis pour d’autres épreuves de la Coupe du Monde. Signe que Miha Fontaine et Émile Nadeau ne sont que la pointe de l’Iceberg, une dizaine de sauteurs de moins de 18 ans de l’équipe du Québec seront de la Coupe du Monde de Deer Valley, en Utah, avec les adultes.

C’est vraiment à l’image du Québec Air Force dans le temps. On avait un Philippe Laroche, un Lloyd Langlois, un Jean-Marc Rozon et les jeunes qui arrivaient en arrière étaient juste aspirés par ces gars-là. Aujourd’hui, on a Lewis qui est là et Miha qui est bon leader pour les jeunes explique Nicolas Fontaine.

Si Miha a une chance de participer aux Jeux olympiques, ça va être beaucoup plus tôt qu’on se l’était imaginé, mais on va être super fiers de lui.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !