•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tous les résidents et le personnel soignant en CHSLD dans la région ont été vaccinés

Marie-Josephe Bolduc reçoit un vaccin.

Marie-Josephe Bolduc, une résidente du CHSLD de Roberval, est la première à avoir reçu le vaccin contre la COVID-19 au Lac-Saint-Jean.

Photo : Avec l'autorisation du CIUSSS Saguenay-Lac-Saint-Jean

Radio-Canada

L'ensemble des résidents et du personnel soignant des 16 CHSLD du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont été vaccinés contre la COVID-19.

Initialement, il avait été prévu que tous les résidents et employés de ces centres d’hébergement aient reçu leur dose au plus tard au milieu de la semaine dernière, mais un rythme ralenti de la distribution de vaccins a provoqué un léger retard.

Le directeur régional de la santé publique, le Dr Donald Aubin, trace un bilan positif de cette première campagne de vaccination pour une clientèle ciblée.

On a eu besoin d’avoir un peu de vaccins supplémentaires. Il faut voir que les gens se font vacciner beaucoup. On est dans des hauts taux de vaccination. Donc, ça prend un peu plus de vaccins. C’est une bonne nouvelle, mais ça prend un peu plus de temps , explique le Dr Aubin.

Autour de 5000 employés du CIUSSS et 1000 résidents en CHSLD ont donc reçu leur première dose.

Semaine de relâche

Quant aux impacts que pourrait avoir la semaine de relâche sur la propagation de la COVID-19, Donald Aubin ne croit pas que les répercussions seront les mêmes que lors du congé scolaire du printemps 2019.

Le directeur de la santé publique régionale rappelle toutefois que le fait de ne pas partir en voyage pourrait faire une grande différence, alors que le nombre de cas quotidiens de coronavirus est en baisse depuis quelques jours.

L’an passé, on avait beaucoup de gens qui étaient partis vers l’extérieur. Est-ce qu’il va y avoir autant de mobilité cette année? On n’a pas les réponses encore, mais je pense qu’il va y avoir beaucoup de prudence et il y a des gens qui vont se pencher sur la question c’est certain pour éviter qu’on se retrouve avec une propagation alimentée , met-il en relief.

La semaine de relâche se tiendra du 1er au 5 mars.

Avec les informations de Michel Gaudreau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !