•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Demandes d’admission à l’UOF : les futurs étudiants potentiels refroidis par la pandémie

Un bloc-note noir avec le logo de l'UOF est posé sur un bureau.

L'Université n'a pas encore envoyé ses premières offres conditionnelles d'admission.

Photo : Facebook / Université de l'Ontario français

Le vice-recteur aux affaires académiques et à la recherche Denis Berthiaume affirme que l’Université n’avait pas d’objectif précis pour sa première année d’enseignement, mais reconnaît que les circonstances actuelles risquent d’avoir un impact sur le nombre d’étudiants. Le nombre de demandes d'admission pour la rentrée en septembre prochain aurait été influencé par la pandémie.

La direction de l’Université espère accueillir à long terme 2500 étudiants. Le vice-recteur aux affaires académiques et à la recherche croit que la croissance du nombre d’étudiants sera exponentielle plutôt que graduelle. Celui-ci ne voit toutefois pas un départ lent pour la nouvelle institution d’un mauvais œil.

C’est mieux d’en avoir moins que trop affirme monsieur Berthiaume, qui souligne que l’Université souhaite avant tout offrir un accompagnement de proximité.

Le portrait d'un homme

Denis Berthiaume en entré en poste le 4 août à titre de vice-recteur.

Photo : Photo offerte par l'UOF

Selon lui, la pandémie et la possibilité d’une autre rentrée virtuelle en septembre ont sans doute influencé la décision d’étudiants étrangers ou locaux d’entamer ou non leurs études l’an prochain.

Le centre de demandes d’admission aux universités de l’Ontario (OUAC) dévoilera les données sur les demandes d’admission plus tard cette semaine. Le vice-recteur affirme que le plan budgétaire de l’Université permet une rentrée en septembre peu importe le nombre d'étudiants qui participeront qui feront partie de cette première cohorte.

Dossiers d’admissions

Deux étudiants potentiels affirment ne pas avoir reçu de réponse, même conditionnelle, à leur demande d’admission à l’UOF alors que d’autres établissements d’enseignement leur ont déjà envoyé une offre d’admission conditionnelle.

Radio-Canada a accepté de ne pas révéler leur identité parce que ceux-ci craignent que leurs doutes aient un impact sur leur expérience scolaire.

Denis Berthiaume affirme que l’Université achève la mise en place du système informatique nécessaire à l’envoi de ces offres conditionnelles. Les premières devraient être acheminées à partir de cette semaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !