•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas d'accusations après la mort d'un homme poursuivi par les policiers à Montréal

Le ruban d'une scène de crime.

Le DPCP a jugé que l'intervention des policiers du SPVM était légale.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Radio-Canada

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) ne déposera pas d'accusations contre les policiers impliqués dans une course-poursuite survenue à Montréal, en juin dernier, et lors de laquelle le fuyard est décédé.

Après avoir examiné le rapport du Bureau des enquêtes indépendantes (BEI), qui s'est penché sur l'incident, le DPCP a conclu que les policiers ont agi en respectant les dispositions du Code criminel, qui permet à un agent de la paix d'utiliser la force, pourvu qu'il agisse sur la foi de motifs raisonnables et qu'il utilise seulement la force nécessaire dans les circonstances.

Le 20 juin dernier, en fin de soirée, des agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) sont intervenus à la suite d'un appel signalant une situation de violence conjugale, rappelle le DPCP dans un communiqué.

Un homme a été interpellé par les deux policiers dépêchés sur place, avant de prendre la fuite. Visé deux fois par des tirs de poivre de Cayenne, l'individu a finalement collaboré avec les autorités après une démonstration d'une arme à impulsion électrique, c'est-à-dire que l'agent a sorti l'arme sans l'utiliser ni la faire entrer en contact avec la personne visée.

Après avoir affirmé qu'il subissait une crise d'asthme, le suspect a été menotté, puis a perdu connaissance à quelques reprises.

Transporté à l'hôpital, l'individu est mort vers 0 h 20.

Une analyse toxicologique a révélé que l'homme avait consommé une quantité mortelle de drogue, ce qui, en combinaison avec une maladie du cœur, s'est révélé fatal, mentionne encore le DPCP.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !