•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des ambulanciers en renfort au CHSLD Cooke de Trois-Rivières

Une ambulance vue de face.

Une ambulance.

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Radio-Canada

Des ambulanciers s’apprêtent à aller prêter main-forte au Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) Cooke, aux prises avec une éclosion qui prend de l’ampleur.

L’information a été confirmée par la PDG adjointe du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ), Nathalie Boisvert, et par les ambulanciers de la Coopérative.

Avec le contexte de la pénurie de main-d’œuvre et de la précarité au niveau de nos ressources humaines, on est en mesure, pour un certain nombre de gestes, de pouvoir profiter de l’expertise des paramédics (sic) du territoire, explique Mme Boisvert.

En une dizaine de jours seulement, 33 résidents et 26 employés ont reçu un diagnostic positif à la COVID-19. C’est donc pour épauler le personnel qui travaille dans cet établissement en nombre réduit que les ambulanciers iront donner un coup de main.

Les ambulanciers couvrent cinq quarts de travail au CHSLD Cooke et, dès mardi, quatre autres soutiendront les équipes au CHSLD Cloutier-du-Rivage. La Coopérative des ambulanciers de la Mauricie en partenariat avec le CIUSSS MCQ prévoit aussi mettre des ambulanciers à contribution à l’urgence de l'hôpital de Trois-Rivières sous peu.

C’est la première fois que cette main-d’œuvre est mise à contribution dans un milieu de soins en éclosion en Mauricie. Au Centre-du-Québec, l’expérience avait été tentée dans le secteur d’Arthabaska.

Versions divergentes au sujet du cas au CHSLD Louis-Denoncourt

Un cas de COVID-19 a été détecté au CHSLD Louis-Denoncourt de Trois-Rivières.

Selon le Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et des métiers, un employé qui travaille dans le secteur du soutien et qui a effectué un stage de préposé aux bénéficiaires au CHSLD Cooke serait à l'origine de ce cas d'infection.

Par courriel, les autorités régionales de la santé affirment que rien ne relie le cas positif de Louis-Denoncourt à cet individu pour l'instant.

Le CIUSSS affirme qu'au moment où cette personne a fait son stage au CHSLD Cooke, il n'y avait pas encore de cas de COVID-19.

Le syndicat qui représente les préposés aux bénéficiaires au CHSLD Louis-Denoncourt affirme qu’un gestionnaire était au courant qu’une personne avait travaillé dans deux établissements, car ses membres l'en avaient averti.

Les autorités de la santé répliquent que cette situation n'était pas connue de la gestionnaire.

Plusieurs membres de notre syndicat nous ont approché [à ce sujet], ils étaient inquiets et également en colère.

Pascal Bastarache, président du Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et des métiers

Le syndicat veut que les autorités de la santé s’expliquent et prennent des mesures pour s’assurer que le tout ne se reproduise plus, a-t-il expliqué au micro de Toujours le matin.

Le CIUSSS MCQ ne souhaite pas accorder d'entrevue à ce sujet, mais mentionne par courriel qu'il n'y a aucune improvisation quant au mouvement de personnel et que c'est pris très au sérieux.

Un dépistage a été effectué au cours de la fin de semaine au CHSLD Louis-Denoncourt et il n'y a pas d'éclosion à signaler, selon le CIUSSS.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !