•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donald Trump réitérera-t-il l'exploit de Grover Cleveland?

Portrait de Grover Cleveland.

Grover Cleveland a été à la fois le 22e et le 24e président des États-Unis.

Photo : Bibliothèque du Congrès

Les paris sont ouverts. Donald Trump se représentera-t-il à la présidence en 2024? Le pourra-t-il? Un seul président défait dans l’histoire des États-Unis a réussi cet exploit. Connaissez-vous Grover Cleveland?

Ce n’était pas le meilleur ni le plus mauvais des présidents américains, mais il est le seul à avoir exercé deux mandats non consécutifs. Il a été le 22e et le 24e président (1885 à 1889 et 1893 à 1897).

Il faut dire qu’il a raté sa réélection en 1889 à cause du Collège électoral, car il avait remporté le vote populaire.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Portrait historique en noir et blanc de Grover Cleveland.

Grover Cleveland a remporté le vote populaire en 1884, 1888 et 1892. Il a en fait subi le même sort que Al Gore et Hillary Clinton récemment, c’est-à-dire qu’il a perdu une élection tout en remportant le suffrage populaire, relate Christophe Cloutier-Roy, spécialiste des États-Unis, Chaire Raoul-Dandurand.

C’est une situation très différente de celle de Trump qui, s’il devait réussir, ce qui paraît un peu impensable de revenir en 2024 et de l’emporter, l’emporterait vraisemblablement encore une fois avec une minorité des voix. Ça en ferait le seul candidat présidentiel à avoir remporté deux élections en perdant trois élections au scrutin populaire, explique M. Cloutier-Roy.

Ce qu'une première dame veut...

Image du mariage de Grover Cleveland avec Frances Folsom.

Grover Cleveland a été le seul président à célébrer son mariage à la Maison-Blanche.

Photo : Bibliothèque du Congrès

Donald Trump et Grover Cleveland ont un point en commun : ils ont tous deux une épouse beaucoup plus jeune qu'eux.

Grover Cleveland est par ailleurs le seul président de l’histoire à s'être marié à la Maison-Blanche, dans le Salon bleu.

Frances Folsom Cleveland était, elle, très populaire. Et elle a lâché ces paroles mémorables le jour où le président et elle ont quitté la Maison-Blanche : Je veux que tout soit remis à l’identique lorsque nous reviendrons. Nous revenons dans quatre ans, jour pour jour.

Portrait de Frances Folsom Cleveland.

Frances Folsom Cleveland

Photo : Bibliothèque du Congrès

Pari tenu : en 1893, Grover Cleveland était réélu à la présidence et revenait à la Maison-Blanche. Il était immensément populaire.

D’abord comme maire de Buffalo, sa ville d’origine, puis comme gouverneur de l’État de New York, Grover Cleveland a fait le ménage. Il a mené une lutte sans merci contre la corruption qui était à cette époque la marque de commerce du Parti républicain et de l’État de New York en particulier. Il a continué ce grand nettoyage une fois à la Maison-Blanche.

La chose qu’on retient de lui, c’est que c’est quelqu’un qui avait une réputation d’être extrêmement probe, d’être très honnête, et ça, c’est quelque chose qui est particulièrement important à la fin du 19e siècle aux États-Unis, à l’époque qu’on a appelée le Gilded Age, une époque de très grande croissance économique, mais marquée par une très grande corruption à l’intérieur des machines politiques, particulièrement dans l’État de New York d’où venait Grover Cleveland, raconte Christophe Cloutier-Roy.

Pas du tout le même programme que Donald Trump, il faut l’admettre. De plus, Cleveland était un démocrate. Sa deuxième présidence a été un échec, puisqu'il a dû faire face à la grande panique économique de 1893 et à de nombreuses grèves.

Sur son lit de mort, en 1908, les derniers mots de Grover Cleveland ont été : J’ai essayé tellement fort de bien faire.

D’autres présidents défaits ont tenté de se faire réélire, en vain : Martin Van Buren en 1848 et Millard Fillmore en 1856.

Plus récemment, d’autres présidents défaits, comme Herbert Hoover en 1932, Jimmy Carter en 1984 et George Bush père en 1992, y ont songé, mais tous ont finalement renoncé à se représenter.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !