•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un parc thématique sur l’eau verra le jour à Amos

Une petit ruisseau à travers des rochers et des plantes, au printemps.

L'eau sera la vedette d'un projet touristique à Amos. (archives)

Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

La Ville d’Amos travaille sur un projet de parc thématique qui rendra hommage à l’eau en quatre lieux différents.

En conférence de presse lundi matin, la ministre du Développement économique et des Langues officielles et ministre responsable de Développement économique Canada, Mélanie Joly, a annoncé des investissements de 1,7 million de dollars afin de contribuer à la relance de l’Industrie touristique en Abitibi-Témiscamingue.

La part du lion de ce montant revient au parc thématique Anicipi (1,2 million de dollars), visant à mettre en valeur la ressource hydrique. Le refuge Pageau (400 000 $) et le Festival des guitares du monde en Abitibi-Témiscamingue (90 000 $) sont les deux autres institutions concernées par ces investissements.

Développé par Moment Factory, le parcours thématique sur l’eau, en sons et en lumières, permettra de mettre en valeur quatre destinations touristiques déjà présentes dans le secteur d’Amos. Pour le maire de la ville, Sébastien D’Astous, ce projet se veut une continuité dans l’effort de valorisation de sites touristiques amorcé depuis quelques années.

On a développé plusieurs circuits au fil des années pour nous mener jusqu’au projet de Moment Factory. On a fait les fontaines, on a fait les ponts couverts, on a fait aussi le circuit du patrimoine religieux. Maintenant, ce sont quatre endroits d’apprentissage qui vont être élaborés. On parle du Refuge Pageau, de Pikogan, du puits municipal et de la base de plein air du camping de la Ville d’Amos. Alors ce sont ces 4 sites-là, qui sont déjà des sites existants au niveau du tourisme, mais qu’on va rehausser, qu’on va améliorer. Il va y avoir une signature Moment Factory pour venir pimper notre tourisme, explique M. D’Astous.

Des retombées importantes pour la région

Selon la directrice générale de Tourisme Abitibi-Témiscamingue, Randa Napky, l’investissement fait dans le parc thématique Anicipi est le plus gros montant jamais investi dans un projet touristique en Abitibi-Témiscamingue. Au total, le projet est évalué à 5,5 millions de dollars. Pour Mme Napky, il ne fait pas de doute que le projet fera rayonner la région partout au Canada.

C’est énorme pour notre région. C’est certain que ce produit-là va faire partie des expériences canadiennes qui sont identifiées par Destination Canada, et au Québec, ça va être un produit unique et exceptionnel qui sera très attractif pour la région.

Randa Napky, directrice générale de TAT

Pour Sébastien D’Astous, un projet de cette envergure aura non seulement des retombées positives pour l’économie, mais contribuera également à augmenter l’attractivité de la région.

C’est un projet qui va amener du développement économique, parce que c’est beaucoup de sous qui vont être dépensés chez nous. En même temps, à la suite de la pandémie, on souhaite attirer des gens, on souhaite se faire connaître, alors c’est tout relié ensemble : des infrastructures, de nouveaux employés, et en même temps, d’attirer des gens , affirme-t-il.

Pour la directrice générale de Tourisme Abitibi-Témiscamingue, le circuit, qui invitera les gens à se déplacer entre les différentes haltes, se démarquera des autres projets en son genre en raison des cinq volets qui le composent.

Ce qui fait que c’est un produit qui est différent de tous les autres projets dans notre région, mais aussi partout au Canada, c’est qu’il ne revêt pas seulement la notion d’agrément, il revêt la notion scientifique, il revêt la notion de sensibilisation à la préservation de la ressource. Il revêt aussi la présence des Anichinabés sur le territoire et tout ce qui est éducatif, donc c’est vraiment un projet à cinq volets qui est unique, et qui ne touche pas que l’agrément , souligne Mme Napky.

En plus du 1,2 million de dollars annoncé par DEC, le gouvernement du Québec s’est aussi engagé dans le projet avec un montant de 1,8 million de dollars. Des partenaires financiers sont également impliqués dans le projet et le maire d’Amos se montre confiant d’avoir bouclé le budget total dans les prochains mois. En raison de la pandémie, M. D’Astous se montre prudent quant à une date d'ouverture potentielle, mais affirme qu’il serait envisageable que le parc puisse accueillir ses premiers visiteurs à l’été 2022.

Un peu plus d'un an après le décès de Michel Pageau, un lieu de recueillement a été érigé sur le site du Refuge Pageau à Amos.

Le lieu de recueillement à la mémoire de Michel Pageau, sur le site du refuge. (archives)

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

400 000 $ pour améliorer les infrastructures au Refuge Pageau

Avec le soutien financier de Développement économique Canada, le Refuge Pageau pourra de son côté améliorer ses infrastructures d'accueil, tant celles destinées aux visiteurs que celles permettant d’assurer le confort des animaux.

Pour le directeur général du Refuge Pageau, Félix Offroy, les travaux prévus grâce aux sommes investies permettront de renforcer les deux grandes missions de l’institution.

Notre mission est bidimensionnelle. Elle est pour aider les animaux, mais elle est aussi pour éduquer la population. Donc pour faire notre travail de réhabilitation et de remise en liberté, on a besoin d’aménagements. Pour être capable de faire notre travail éducatif, on a besoin d’autres sortes d’aménagements et de l'intérêt des gens à venir nous voir pour être capable de passer notre enseignement, alors ça va des deux côtés , indique M. Offroy.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !