•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un centre de simulations en soins de santé de 2,3 M$ inauguré au Cégep de Chicoutimi

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Deux étudiantes en soins infirmiers du Cégep de Chicoutimi aux côtés d'un mannequin

Un nouveau laboratoire de simulations en soins de santé a été inauguré au Cégep de Chicoutimi.

Photo : Radio-Canada / Claude Bouchard

Le Cégep de Chicoutimi a inaugure, lundi, le Centre interdisciplinaire de simulations en santé (CISS), un laboratoire d’apprentissage comprenant des mannequins informatisés aménagé au coût de 2,3 M$.

Plus que jamais, dans le contexte de la période que nous vivons, il est essentiel de pouvoir miser sur les meilleurs outils pour accompagner nos enseignants qui préparent ceux qui viendront prendre la relève dans le domaine de la santé, a mentionné, par voie de communiqué, le directeur général du Cégep de Chicoutimi, André Gobeil.

Situé au troisième étage de l’aile C, le CISS comprend trois salles de simulations équipées de mannequins informatisés et technologiques, dont une femme enceinte et un enfant.

L’ouverture du CISS nous permettra d’aller beaucoup plus loin au niveau de l’interdisciplinarité, ce qui implique que les étudiants des différents programmes d’études du domaine de la santé pourront apprendre à travailler ensemble, comme ils le feront une fois sur le marché du travail, a poursuivi André Gobeil.

Ce cégep compte sept programmes d’études liés au domaine de la santé.

Le CISS permettra de compenser la baisse d’heures de stage qui a été causée par la pandémie de COVID-19. Selon le communiqué, pour la formation en soins infirmiers, ce sont 95 heures de stage qui auraient normalement eu lieu au CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean qui se feront maintenant en simulation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !