•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pandémie de COVID-19 : Pékin et l'OMS auraient pu « agir plus vite »

Le Dr Tedros serre la main de Xi Jinping, au milieu d'une grande salle.

Le directeur général de l'OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, serre la main du président chinois Xi Jinping, le 28 janvier 2020. L'épidémie sévissait alors en Chine, mais le reste du monde commençait à peine à y porter attention.

Photo : Getty Images / AFP/NAOHIKO HATTA

Agence France-Presse

Plus d'un an après les premiers cas de COVID-19 en Chine, il ressort d'une expertise indépendante que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et Pékin auraient pu agir plus vite, et plus fort, pour alerter le monde.

Dans son second rapport, qui sera présenté mardi lors d'une réunion à l'OMS, ce groupe d'experts mandaté par l'agence onusienne souligne qu'il aurait été possible d'agir plus vite sur la base des premiers signes, et que des mesures d'endiguement auraient dû être immédiatement mises en œuvre dans tous les pays confrontés à un cas probable.

Et, ajoutent-ils, il est clair que des mesures de santé publique auraient pu être appliquées plus énergiquement par les autorités chinoises locales et nationales en janvier 2020.

La lenteur de l'OMS à réunir son comité d'urgence au début de la pandémie et ses hésitations à déclarer l'urgence sanitaire internationale, le degré d'alerte le plus élevé pour une épidémie, sont également montrées du doigt.

On ne voit pas clairement pourquoi il ne s'est pas réuni avant la troisième semaine de janvier ni pourquoi il n'a pu d'emblée s'entendre sur la déclaration d'une urgence de santé publique de portée internationale.

Extrait du rapport du groupe d'experts

Depuis le début de la crise sanitaire fin 2019, l'OMS a été vivement critiquée dans sa réponse, tardant notamment à recommander le port du masque.

Surtout, elle a été accusée par les États-Unis d'avoir été extrêmement complaisante avec la Chine, où est apparu le coronavirus, et d'avoir tardé à déclarer l'état d'urgence sanitaire mondiale.

En mai dernier, les États membres de l'OMS étaient tombés d'accord sur le principe d'une enquête indépendante et, en juillet, le chef de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a annoncé la création du Groupe indépendant sur la préparation et la riposte à la pandémie (GIPR), chargé d'établir une évaluation honnête de la gestion de la crise et de tirer des leçons pour l'avenir.

Ce groupe est coprésidé par l'ancienne première ministre néo-zélandaise Helen Clark et l'ancienne présidente du Liberia Ellen Johnson Sirleaf. Il comprend aussi la Canadienne Joanne Liu, ancienne présidente de l'organisation non gouvernementale (ONG) Médecins sans frontières.

En un peu plus d'un an, la pandémie a fait officiellement plus de deux millions de morts, et un peu moins d'une centaine de millions de personnes ont été infectées. Ces chiffres sous-estiment probablement le bilan réel.

Deux personnes se serrent dans leurs bras, pendant qu'un autre regarde le nombre impressionnant de croix plantées dans le sol qui l'entourent.

Les proches d'une personne décédée de la COVID-19 pleurent lors d'une journée d'enterrement massif des victimes de la pandémie, au cimetière de Parque Taruma, à Manaus, au Brésil.

Photo : Getty Images / Andre Coelho

Selon le rapport, il apparaît clairement avec le recul que le nombre des infections au stade initial de l'épidémie dans tous les pays était plus important que ce qui a été annoncé.

Une épidémie en grande partie cachée a contribué à la propagation mondiale du virus, fait valoir le rapport.

Si l'on avait appliqué le principe de précaution aux premières indications non confirmées d'une transmission interhumaine asymptomatique, des mises en garde plus précoces et plus fortes auraient pu être lancées par l'OMS et les autorités nationales et locales concernant le risque de transmission.

Extrait du rapport du groupe d'experts

Quant au terme de pandémie, « ce n'est qu'à partir du 11 mars que l'OMS l'a utilisé », explique le rapport.

Ce terme ne correspond pas à une classification du Règlement sanitaire international, un accord international sur la sécurité sanitaire mondiale entré en vigueur en 2007, mais, selon les experts, son emploi permet bien d'attirer l'attention sur la gravité d'un événement sanitaire.

L'OMS avait été accusée d'avoir tergiversé avant de qualifier la situation de pandémie. Et la qualification de pandémie avait été suivie par un tsunami de mesures – dont des confinements et restrictions de circulation – dans de très nombreux pays.

À ce sujet, les experts notent que si les restrictions au commerce et aux voyages ont eu des retombées négatives sur les flux de produits de base, elles ont très probablement été utiles pour freiner la transmission du coronavirus.

Là aussi, les recommandations de l'OMS, établies bien avant la pandémie, recommandaient de ne pas fermer les frontières.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !