•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Phase rouge : le district encourage les parents à envoyer leurs enfants à l’école

L'entrée de l'école A.-M.-Sormany.

L'école secondaire francophone Cité des Jeunes A.-M.-Sormany à Edmundston (archives).

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Le District scolaire francophone Nord-Ouest (DSFNO) appuie la décision du ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick de garder les écoles ouvertes en phase rouge.

Le directeur général du DSFNO, Luc Caron, a convoqué les médias lundi dans le but de rassurer les parents, qui lui ont fait parvenir plusieurs messages d'inquiétude depuis l'annonce du gouvernement la veille.

Une pétition circule même demandant au ministre de l'Éducation et du Développement de la petite enfance, Dominic Cardy, de revenir sur sa décision.

Le plan de rétablissement de la province pour faire face à la COVID-19 prévoyait initialement la fermeture des écoles en phase rouge. La région d'Edmundston a basculé dans cette phase plus restrictive dans la nuit de dimanche à lundi.

Lors du point de presse sur la COVID-19 dimanche, le ministre Dominic Cardy a fait valoir qu'il est préférable de garder les écoles ouvertes en raison du faible taux de transmission entre les élèves et des répercussions importantes sur le développement de ces derniers.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Le ministre Cardy explique pourquoi les écoles restent ouvertes

M. Caron explique que le choix de garder ou non un enfant à la maison est à la discrétion de chaque famille, mais il encourage fortement le maintien des élèves dans le cadre scolaire.

Si nos écoles sont ouvertes, nos écoles sont sécuritaires, assure-t-il.

Pas de suivis obligatoires avec les enfants à la maison

Les parents qui décident de garder leurs enfants à la maison n'auront pas nécessairement accès à des suivis réguliers avec les enseignants.

Si le parent décide de garder son enfant volontairement à la maison, ce n’est pas obligatoire pour l’école d’assurer les suivis de façon quotidienne, indique Luc Caron, en précisant qu'il encourage tous les parents qui souhaitent garder leurs enfants à la maison à reconsidérer leur choix.

L'école n’est pas responsable d’assurer la continuité des apprentissages à la maison.

Luc Caron, DG du DSFNO
Luc Caron, directeur général du DSFNO, le 13 septembre 2020.

Luc Caron, directeur général du DSFNO, le 13 septembre 2020.

Photo : Radio-Canada

Des enseignants frustrés du changement de cap

Lundi soir, les enseignants du Nouveau-Brunswick ont fait part de leur mécontentent à la suite de cet allègement apporté à la phase rouge.

Je vous avoue, hier, les gens étaient frustrés, dit Luc Caron.

Les enseignants se préparent depuis plusieurs mois à l'enseignement en ligne, explique-t-il, et ont surtout été surpris par ce changement de cap du ministère de l'Éducation alors qu'ils n'ont pas été consultés au préalable.

Ce n’est pas la décision du district de garder les écoles ouvertes ou non [...] Mais je tiens à rassurer la population que toutes les mesures sont en place.

De nouvelles mesures de sécurité

Pendant que la phase rouge sera en vigueur, les écoles feront l'objet de dépistages actifs. Les élèves et les membres du personnel ont aussi été avisés qu'ils doivent rester à la maison même s’ils n’ont qu’un seul symptôme associé à la COVID-19.

Les écoles resteront donc ouvertes tant et aussi longtemps qu'on n'y découvrira pas un cas de COVID-19. À partir du moment où un élève ou un membre du personnel sera déclaré positif, l'école fermera ses portes durant une période de trois jours pour assurer le traçage des contacts et le nettoyage des lieux. Les enfants n'auront plus le droit de fréquenter une garderie durant cette période.

L’école élémentaire Sacré-Coeur, à Grand-Sault, est d’ailleurs fermée jusqu’à jeudi en raison du dépistage d’un cas de COVID-19. Un cas de COVID-19 a aussi été confirmé à la garderie éducative Halte scolaire Happy Feet, qui est située dans l’école.

D'autres mesures de sécurité seront aussi ajoutées. Par exemple, l’utilisation des salons du personnel sera interdite et la poursuite des classes d’éducation physique et de musique pourrait être mise en suspens.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !