•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'UMQ sévit contre l'intimidation des élus

Une photo rapprochée d'un micro utilisé pour s'adresser au conseil municipal de Moncton.

Les élus municipaux sont de plus en plus souvent l'objet d'attaques personnelles et de menaces de la part de citoyens mécontents.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

À quelques mois des élections municipales, l'Union des municipalités du Québec (UMQ) lance une campagne pour mettre un terme à l'intimidation et à l'agressivité de certains citoyens à l'égard des élus.

Également destinée à encourager les gens à se présenter en politique municipale, la campagne, baptisée La démocratie dans le respect, par respect pour la démocratie, sera diffusée dans toutes les régions du Québec.

Selon la présidente de l'UMQ, Suzanne Roy, elle-même mairesse de Sainte-Julie, la multiplication des attaques personnelles à l'endroit des élus municipaux et de l'intimidation à leur égard, principalement sur les médias sociaux, ne peut plus continuer.

On le voit, ces derniers mois, au niveau des interventions, au niveau des médias sociaux : c'est de plus en plus agressif, et de plus en plus des attaques personnelles.

Suzanne Roy, présidente de l'Union des municipalités du Québec

Ce comportement des gens mine, selon elle, le climat politique dans de nombreuses villes, d'autant plus que le phénomène a pris de l'ampleur en 2020 en relation avec la crise sanitaire.

Les gens sont plus stressés. Derrière leur écran, parfois, ils ont l'impression qu'ils sont un peu anonymes. On a vu, dans le Centre-du-Québec, des maires démissionner parce qu'ils étaient la cible d'attaques. On a vu la mairesse par intérim de Saint-Jean-sur-Richelieu se faire attaquer personnellement sur sa coiffure, sur son apparence physique, et elle a fini par démissionner aussi, a expliqué Suzanne Roy, lundi, sur les ondes d'ICI RDI.

Cette année, comme on l'a vu à Longueuil, comme on l'a vu à Québec, à d'autres endroits également, on est allés jusqu'à des menaces de mort auprès de certains élus municipaux.

Suzanne Roy, présidente de l'Union des municipalités du Québec

Tout en reconnaissant que l'expression de points de vue différents est essentielle au fonctionnement d'une démocratie municipale saine, Mme Roy rappelle l'importance du respect, de la tolérance et de la civilité dans les rapports entre les citoyens et leurs élus.

Ce climat d'hostilité envers les politiciens sur les réseaux sociaux décourage par ailleurs de nombreuses personnes de briguer un poste au sein de la mairie de leur ville, certains craignant pour leur sécurité ou celle de leurs proches, ou encore d'être sans cesse l'objet d'attaques personnelles.

On a vu, au sud de chez nous, jusqu'où ça peut mener, ce type d'attaques personnelles, et ce sont nos institutions démocratiques qui sont en cause.

Suzanne Roy, présidente de l'Union des municipalités du Québec

En vertu de la campagne lancée aujourd'hui, les villes du Québec seront prochainement invitées à adopter, par résolution au conseil municipal, une déclaration d'engagement.

Un plan d'action regroupant une dizaine de mesures de sensibilisation, autant auprès des municipalités que du grand public, sera aussi mis en œuvre au cours des mois à venir.

On mise sur la grande majorité des gens qui ont du gros bon sens, a ajouté la présidente de l'UMQ.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !