•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une page du réseau social Parler de retour en ligne

Une personne aux cheveux longs regarde l'écran d'un ordinateur portable, sur lequel est affichée la page d'accueil du réseau social Parler.

Parler se présente comme un champion de la liberté d'expression. Le réseau social est surtout apprécié de la droite conservatrice américaine.

Photo : AFP / Getty Images / Olivier Douliery

Radio-Canada

Parler pourrait bientôt reprendre vie, si l’on se fie à un message de John Matze, le fondateur du réseau social populaire auprès de l'extrême droite, soudainement apparu en ligne dimanche sur parler.com.

Bonjour, le monde, cette chose est-elle allumée? C’est le message de John Matze qu’on peut lire sur l’unique page web offerte sur le site parler.com.

Capture d'écran du site web Parler affichant un message de son fondateur, John Matze, et une mention indiquant des problèmes techniques.

Le site web parler.com n'affiche plus un message d'erreur depuis dimanche.

Photo : Parler.com

Sous cette publication, la mention technical difficulties (problèmes techniques) précède des précisions du fondateur : Il semble que ce soit le bon moment pour vous rappeler à tous et à toutes – autant les adeptes que ceux et celles qui nous détestent – pourquoi nous avons lancé cette plateforme. Nous pensons que la vie privée est primordiale et que la liberté d'expression est essentielle, en particulier sur les réseaux sociaux.

Notre objectif a toujours été de fournir une place publique non partisane où les individus peuvent à la fois jouir et exercer leurs droits. Nous résoudrons tous les problèmes qui se présenteront à nous et nous prévoyons de vous accueillir à nouveau bientôt. Nous ne laisserons pas le discours civil périr.

John Matze

C’est la première fois que le réseau social donne signe de vie en ligne depuis qu’Amazon Web Services (AWS), qui hébergeait Parler, a débranché ses serveurs le 10 janvier dernier.

Cette mesure, qui s’ajoute au retrait de l’application des magasins App Store et Google Play, laissait présager un coup fatal à la plateforme. Celle-ci a été pointée du doigt pour avoir fermé les yeux sur l’organisation de l’insurrection au Capitole du 6 janvier.

La semaine dernière, le domaine parler.com a été transféré à Epik, qui a également comme client le réseau social refuge de l'extrême droite Gab. Plus tard lundi, des médias ont dévoilé que la plateforme est désormais hébergée par DDoS-Guard, dont les propriétaires sont en Russie.

Le fondateur de Parler, qui a intenté un recours judiciaire contre Amazon la semaine dernière, a indiqué en entrevue à Fox News vendredi avoir récupéré les données de son réseau social et avoir bon espoir que ce dernier sera de retour en ligne d’ici la fin janvier.

Dans une version précédente, ce texte mentionnait que le réseau social Parler en était un « d'extrême droite ». Toutefois on aurait dû y lire qu'il est « populaire auprès de l'extrême droite ».

Avec les informations de Business Insider, CNN, Fox News, et The Guardian

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !