•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sayona veut tester un procédé plus vert pour la transformation du lithium

Affiches sur le lieu du projet minier Authier de l'entreprise Sayona Mining.

Le projet minier de l'entreprise Sayona Mining devrait être situé à environ 150 mètres de l'esker, à La Motte, en Abitibi (archives).

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

La compagnie Sayona Québec veut lancer un projet expérimental qui pourrait permettre de transformer son concentré de lithium dans un meilleur respect de l’environnement.

L’entreprise, qui espère exploiter son projet Authier à la Motte, a signé une entente avec Integrated Carbon Sequestration (ICS). Cette société australienne a mis au point un procédé utilisant l’acide nitrique plutôt que l’acide sulfurique dans la production d’hydroxyde et de carbonate de lithium, utilisés pour la production de batteries pour les véhicules électriques.

Ce procédé permet de recycler 90% des résidus reliés à la production, explique Guy Laliberté, chef de la direction de Sayona Québec. Ça nous apparaît prometteur et on sent important de vérifier cette technologie ici au Canada, avec les normes en vigueur et le minerai de nos projets.

Selon le plan élaboré par Sayona, le projet expérimental débuterait dans les installations du Centre d’expertise et d’innovation dans le domaine du traitement des minéraux (COREM), avec le concentré de spodumène du projet Authier. Si cette première phase s’avère fructueuse, le projet prévoit ensuite la construction de deux usines pilotes, le tout dans un horizon de 24 mois.

On voit une main gantée tenant un cristal de spodumène devant un ciel ensoleillé.

Un cristal de spodumène contenant du lithium.

Photo : Pier Gagné

Les coûts totaux des trois phases sont évalués à 6 millions de dollars et Sayona présentera une demande de financement dans le cadre du programme d’appui à la recherche et à l’innovation dans le secteur minier (PARIDM).

On espère démarrer le projet d’ici ce printemps, ajoute M. Laliberté. Notre annonce de partenariat avec Piedmont aux États-Unis a généré une importante hausse de notre capitalisation boursière, qui atteint maintenant 150 millions de dollars [américains]. Notre priorité demeure la mise en production du projet Authier pour produire du concentré de lithium. Mais cette progression nous permet d’envisager plus rapidement une deuxième étape de transformation. Sans être trop présomptueux ou trop ambitieux, on lance le message qu’on veut participer à la valorisation de la chaîne menant aux batteries ici même au Québec.

Rappelons que Sayona Québec ignore toujours les dates d’éventuelles audiences du BAPE concernant son projet Authier, mais la compagnie pense que celles-ci pourraient se tenir entre juin et septembre 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !