•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’acteur Jean-Pierre Bacri meurt à l’âge de 69 ans

L'homme porte des lunettes, pose les mains croisées, assis dans un fauteuil.

Jean-Pierre Bacri en 2015

Photo : afp via getty images / LOIC VENANCE

Radio-Canada

Lundi, l’acteur, auteur et scénariste français Jean-Pierre Bacri a succombé à un cancer à l’âge de 69 ans. 

Plusieurs fois lauréat aux César et aux prix Molière, qui récompensent le meilleur du théâtre français, il était notamment connu pour les rôles d’hommes bougons et bourrus au grand cœur qu’il avait interprétés.

Jean-Pierre Bacri a notamment brillé dans La Baule-les-Pins (1990), Place Vendôme, de Nicole Garcia (1998), ou encore Le Sens de la fête (2017), avec notamment Suzanne Clément. En 2002, il a également assuré la narration d'un segment de la comédie Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre.

Son dernier rôle a été celui qu'il a tenu dans le film Photo de famille, sorti en France en 2018.

Né en Algérie en mai 1951, Jean-Pierre Bacri a d'abord été remarqué au cinéma, en 1981, dans Le grand pardon, d'Alexandre Arcady.

Jean-Pierre Bacri et Agnès Jaoui : un duo prolifique

De 1987 à 2012, il a partagé la vie de la comédienne, scénariste et réalisatrice Agnès Jaoui. En 1993, la pièce Cuisine et dépendances, écrite par le couple, a connu un beau succès lorsqu'elle a été adaptée au cinéma. L'année suivante, le tandem a aussi écrit pour le théâtre Un air de famille, qui a été portée à l'écran avec un énorme succès.

Jean-Pierre Bacri a écrit aussi pour le cinéma, toujours avec Agnès Jaoui, On connaît la chanson et Smoking/No Smoking, pour Alain Resnais.

Ensemble, le couple a également signé les scénarios des films Le goût des autres, Comme une image, Parlez-moi de la pluie, Au bout du conte, tous réalisés par Agnès Jaoui, comme plus récemment, en 2018, Place publique.

Ses talents de scénariste ont valu à Jean-Pierre Bacri plusieurs récompenses de ses pairs du cinéma français, et même une palme à Cannes, en 2004, pour le scénario de Comme une image, avec sa complice Agnès Jaoui. Il a aussi reçu en 2001, pour l'ensemble de son œuvre, le prix René-Clair, hommage de l'Académie française dans le secteur du cinéma.

Jean-Pierre désirait qu'on ne parle de rien sinon qu'il voulait qu'on dise, quand le moment serait venu, qu'il était décédé d'un cancer et c'est tout, a écrit son agente, Anne Alvares Correa, dans un courriel à La Presse canadienne.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !