•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une amende et une peine à purger dans la communauté pour la fausse infirmière

L'Hôpital de Jonquière se dresse sous un ciel gris.

Nathalie Bélanger a exercé le métier d'infirmière à l'Hôpital de Jonquière sans avoir les qualifications requises.

Photo : Radio-Canada

Gilles Munger

Nathalie Bélanger, cette femme de Saguenay qui a travaillé illégalement comme infirmière à l’Hôpital de Jonquière, est condamnée à payer 100 000 $ d'amende. La femme de 51 ans devra aussi purger deux ans de détention dans la communauté.

Elle a plaidé coupable de six accusations criminelles de fraude et de production de faux.

Nathalie Bélanger a aussi plaidé coupable de 28 des 40 chefs d'infraction pénale auxquels elle faisait face. Elle était poursuivie par l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec.

Le juge Pierre Lortie, de la Cour du Québec, a entériné la position commune des deux parties dans ce dossier. Tant la poursuite que la défense ont souligné le caractère particulier de cette cause et les remords exprimés par la quinquagénaire.

Une femme quitte une salle de cour en compagnie d'un avocat.

Nathalie Bélanger a quitté la salle en compagnie de son avocat, Me Pierre Tourangeau.

Photo : Radio-Canada

Les avocats au dossier ont aussi indiqué que Nathalie Bélanger n’avait pas représenté une menace pour la santé publique.

Rien ne permet de démontrer qu’elle a mis la sécurité des gens en danger, ce qui aurait pu mener à une peine de détention. Puis, rien ne permet de démontrer qu’elle ne pouvait pas faire son travail. À la fin, elle donnait même des formations, a souligné le procureur Michaël Bourget.

En salle d’opération, les médecins constataient qu’elle avait peut-être de la difficulté à donner l’instrument médical requis. Il n’était peut-être pas donné de la bonne façon. Par contre, pour les patients, il n’y a eu aucune problématique, a soutenu l’avocat Luc Tourangeau, qui a assuré la défense de la femme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !