•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : l'Alberta à court de vaccins

Une femme dont la tête est hors cadre se fait vacciner contre la COVID-19.

La vaccination contre la COVID-19 des plus de 75 ans en Alberta sera retardée, faute d'approvisionnement suffisant en vaccins.

Photo : Reuters

Radio-Canada

Le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, a annoncé que lundi ou en début de journée mardi, la province arrivera au bout de ses réserves de vaccins contre la COVID-19 et qu'elle devra revoir ses plans de vaccination.

Nous sommes à court de doses de vaccins.

Jason Kenney, premier ministre de l'Alberta

La décision de la pharmaceutique Pfizer de réduire d’environ 50 % la livraison de vaccins au Canada au cours des prochaines semaines met en péril les plans de vaccination de l'Alberta.

La province va devoir annuler certains rendez-vous prévus afin d'assurer l'administration d'une deuxième dose à ceux qui ont reçu la première.

Cela signifie que le plan de commencer à vacciner les membres des Premières Nations et les Métis âgés de plus de 65 ans, ainsi que toutes les personnes âgées de plus de 75 ans, doit être suspendu, a déclaré Jason Kenney.

90 000 premières doses administrées

Depuis le 15 décembre, presque 90 000 premières doses ont été administrées en Alberta.

Jason Kenney a annoncé lundi matin dans un tweet que la première dose du vaccin contre la COVID-19 avait été administrée aux résidents des établissements de soins de longue durée et aux membres du personnel de ces établissements dans toutes les régions de l'Alberta.

« Cela signifie que près de 25 000 vaccins ont été administrés à certaines des personnes les plus vulnérables et environ 24 000, au personnel », écrit Jason Kenney.

Selon Jason Kenney, l’Alberta serait prête à administrer jusqu’à 50 000 doses du vaccin contre la COVID-19 par semaine, d’ici la fin du mois de janvier, si les retards des livraisons du vaccin ne viennent pas entraver le rythme des vaccinations.

Il soutient que ce nombre pourrait monter à 200 000 doses par semaine d'ici la fin mars, grâce à l'aide des pharmaciens et si les livraisons reprennent.

Dans un communiqué, Marlene Poitras, la cheffe régionale de l’Assemblée des Premières Nations de l’Alberta, se dit frustrée que le gouvernement de l'Alberta ait choisi de mettre les vaccins de ses populations les plus vulnérables en attente.

Elle soutient que les habitants des Premières Nations de la province ont un risque plus élevé d'exposition à la COVID-19 et n'ont pas accès aux mêmes services de soins que les communautés urbaines et non autochtones.

Si l'on considère les données fournies par Services de santé Alberta, on constate un taux d'hospitalisation de 4,3 % pour l'Alberta en général, et de 7,1 % pour les membres des Premières Nations vivant en Alberta. Ces disparités sont inacceptables.

Marlene Poitras, cheffe régionale de l’Assemblée des Premières Nations de l’Alberta

À la date du 18 janvier, l’Alberta a annoncé 474 nouveaux cas de COVID-19 et 11 décès supplémentaires.

Le 16 janvier, 85 935 doses du vaccin Pfizer-BioNTech avaient été administrées en Alberta.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !