•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inquiétudes autour de la vaccination des aînés autonomes

Deux mains ridées de femme.

Au début du mois de janvier, la province a annoncé son intention d'inoculer en 28 jours une première dose du vaccin à tous les résidents de foyers de soins admissibles, mais aucune annonce n’a été faite au sujet des aînés autonomes.

Photo : iStock

Radio-Canada

Des défenseurs des aînés disent que les aînés autonomes sont laissés pour compte dans la campagne de vaccination du Manitoba.

Des équipes ont commencé à immuniser les résidents et les employés de foyers de soins de longue durée dans la semaine du 11 janvier, mais aucune annonce ne touche les aînés autonomes.

Le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) définit quatre groupes pour la première ronde de vaccination : les résidents et les employés des foyers de soins de longue durée, les travailleurs de la santé, les adultes dans les communautés autochtones éloignées et les personnes âgées de 80 ans et plus.

Le Manitoba a administré des vaccins aux trois premiers groupes.

La défenseure des aînés autonomes Trish Rawsthorne croit que le quatrième groupe est oublié.

Dans la semaine du 11 janvier, la province a élargi ses critères d’admissibilité aux travailleurs de soins à domicile, aux sans-abri et aux travailleurs de soins aux personnes ayant des handicaps.

Trish Rawsthorne soutient que les personnes de 80 ans et plus ne semblent pas être une priorité, alors que ce groupe d'âge est plus à risque.

Au Manitoba, les personnes âgées de plus de 80 ans représentent près des deux tiers des décès reliés à la COVID-19.

Si vous voulez savoir qui vous devez vacciner, regardez la liste des morts, affirme Mme Rawsthorne.

Elle ajoute qu'il est logique de vacciner les plus vulnérables pour ne pas surcharger le système de santé.

La priorisation des groupes vaccinés au Manitoba représente un dilemme important, car les doses de vaccins arrivent en quantité limitée.

Âgée de 94 ans, Elizabeth Domokos habite un appartement au centre-ville de Winnipeg. Elle estime qu'elle est en bonne santé et dit que sa fille de 68 ans atteinte de cancer aurait plus besoin du vaccin qu’elle.

Je ne me sentirais pas vraiment bien de recevoir le vaccin avant elle, avoue Mme Domokos.

Toutefois, son amie Ann Szabos, qui est infirmière, note un problème pour les aînés autonomes.

Elle croit que beaucoup de personnes âgées, même des nonagénaires, n'ont aucune idée du moment où elles seront contactées.

Elles sont très isolées et vivent seules. Elles ont peur et se demandent si elles seront vaccinées en priorité.

Ann Szabos, infirmière

Trish Rawsthorne croit qu'une des raisons pour lesquelles ce groupe n’a pas été priorisé pour la vaccination est peut-être parce qu’aucun groupe ne le représente officiellement.

Elle souhaite la création d'un bureau du défenseur des aînés, un peu comme celui du Bureau du protecteur des enfants et des jeunes du Manitoba.

Le vendredi 15 janvier, les équipes provinciales ont administré 13 539 vaccins, soit 35 % des 38 890 doses reçues. Les Premières Nations ne sont pas incluses par la province dans ce calcul.

Selon les informations de Cameron MacLean

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !