•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un cri du coeur en faveur des tests de dépistage rapide de la COVID-19

Des élèves du secondaire se trouvent dans une classe.

Des élèves du secondaire

Photo : Getty Images / izusek

Radio-Canada

Selon le docteur Charles Morin, autant les élèves que les membres du personnel des écoles secondaires devraient tous se soumettre à des tests de dépistage rapide de la COVID-19 à raison de quelques fois par semaine.

À son avis, c’est l’un des prix à payer pour que ces établissements scolaires puissent demeurer ouverts.

Ce pédiatre, qui pratique à Saguenay, estime qu’en empruntant cette avenue, bien des personnes asymptomatiques atteintes de la COVID-19 seraient identifiées promptement.

Ainsi, elles pourraient rester chez elles tant et aussi longtemps qu’elles ne seraient pas rétablies.

Ces tests peuvent minimiser les risques d’éclosion. [En les utilisant], on éviterait de devoir fermer et ouvrir des classes et des écoles, plaide le docteur Morin.

Le pédiatre Charles Morin se trouve dans un bureau médical.

Le pédiatre Charles Morin

Photo : Radio-Canada

Il est loin d’être le seul partisan de cette solution.

En fait, plus de 200 experts ont récemment signé une lettre ouverte dans laquelle ils défendaient l’idée d’administrer des tests de dépistage rapide à large échelle.

Charles Morin demande maintenant aux élus d’endosser cette proposition et de la mettre en pratique dans les écoles secondaires, et ce, même s’il est bien conscient qu’elle n’est pas parfaite.

Ces tests ne permettent pas de détecter ceux qui ont une faible charge virale, reconnaît-il.

Cependant, il ajoute que ce qui importe d’abord et avant tout, c’est de pouvoir identifier les grands transmetteurs potentiels.

Pas une panacée

Le pédiatre n’estime pas que l’administration de tests de dépistage rapide soit la seule solution pour limiter la propagation de la COVID-19 dans les écoles secondaires.

À son avis, il faut aussi que les élèves et les membres du personnel continuent d’y respecter les règles sanitaires de base comme la distanciation physique, le lavage des mains et le port du masque.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !