•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écoles ouvertes en phase rouge : mécontentement chez les enseignants

L'entrée d'une école.

Les écoles de la région d'Edmundston restent ouvertes malgré le passage à la phase rouge (archives).

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Radio-Canada

La décision du gouvernement du Nouveau-Brunswick de maintenir les écoles ouvertes dans la région du nord-ouest malgré le passage à la phase rouge étonne et déçoit les enseignants, selon un de leurs représentants.

Cette décision inattendue du gouvernement en aucun temps n’a reçu l’appui de la Fédération des enseignants du Nouveau-Brunswick, ni de l’AEFNB ou même de la NBTA du côté anglophone, affirme Gérald Arseneault, président de l'Association des enseignantes et enseignants francophones du Nouveau-Brunswick (AEFNB).

Le gouvernement a signalé dimanche 36 nouveaux cas de COVID-19 dans la province – un nouveau record pour un seul jour – dont 24 dans la région d’Edmundston. La phase rouge comprend des mesures de prévention de la contagion plus sévères que la phase orange précédente.

Plusieurs entreprises de la région doivent fermer ou réduire leurs activités de façon importante dès lundi, mais non les écoles. C’est une surprise pour l’AEFNB, qui s’attendait plutôt à passer à l’enseignement à distance en cas de phase rouge, comme le prévoyait le gouvernement jusque là, selon Gérald Arseneault.

Gérald Arseneault.

Gérald Arseneault, président de l'Association des enseignantes et enseignants francophones du Nouveau-Brunswick (AEFNB)

Photo : Radio-Canada

On n'est vraiment pas d’accord avec ce changement de dernière minute là. Nous, nos enseignantes et nos enseignants se sont préparés à la transition vers l’apprentissage à domicile. Depuis septembre, ils doivent monter les dossiers, préparer, pratiquer les élèves pour que ça puisse bien fonctionner, etc. On demandait d’être prêt pour cette transition-là vers la phase rouge, et là, voilà ce qu’ils nous annoncent. Donc, c’est vraiment un niveau d’anxiété qui s’élève au niveau de nos membres à travers la province, explique Gérald Arseneault.

La question qu’on a, c’est : le gouvernement saura-t-il préserver sa crédibilité s’il se permet à tout instant de changer les règles du jeu?

Gérald Arseneault, président de l'Association des enseignantes et enseignants francophones du Nouveau-Brunswick

En annonçant le passage de la région à la phase d’alerte rouge, le gouvernement du Nouveau-Brunswick a précisé que les écoles y restent ouvertes tant qu’on n’y découvre pas de cas de COVID-19.

Une école fermée à Grand-Sault pour un cas de COVID-19

Le gouvernement a précisé que si un cas d’infection au coronavirus est confirmé dans une école où la phase rouge est en vigueur, elle fermera pour trois jours, le temps que les autorités effectuent la recherche des personnes qui auraient pu avoir des contacts rapprochés avec celle qui est tombée malade.

L’école élémentaire Sacré-Coeur, à Grand-Sault, est d’ailleurs fermée jusqu’à jeudi en raison du dépistage d’un cas de COVID-19, confirme le directeur général du District scolaire francophone du Nord-Ouest, Luc Caron.

Des précautions supplémentaires dans les écoles en phase rouge

Le district scolaire s’est retroussé les manches quand il a appris la décision du gouvernement, dimanche, peu avant qu’elle soit rendue publique, souligne Luc Caron. Il brosse un tableau des changements imposés par le gouvernement.

Il n’y a pas beaucoup de choses qui seront différentes pour nos élèves si on [compare] la phase rouge avec la phase orange. Donc, le port du masque va toujours demeurer présent en tout temps, indique Luc Caron.

Luc Caron.

Luc Caron, directeur général du District scolaire francophone du Nord-Ouest (archives)

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau

Il y aura de petits changements avec, par exemple, le dépistage actif par rapport au personnel scolaire. Il faudra évidemment passer au dépistage pour nos employés de façon quotidienne. On ne pourra pas utiliser le salon du personnel. Il y a des activités parascolaires évidemment qui seront annulées. Un gros changement aussi, c’est la question des symptômes. On demande aux employés et aux élèves qui présentent un seul et unique symptôme de demeurer à la maison s’il vous plaît et on les encourage de se faire tester, ajoute Luc Caron.

Le ministre de l’Éducation, Dominic Cardy, estime que les écoles restent sécuritaires pour les élèves même dans les circonstances qui ont mené au passage à la phase rouge.

C’est clair, basé sur l’information de santé publique et l’évidence des derniers mois. On a vu qu’on a réussi à repousser le virus hors des écoles quand c’est arrivé avec un cas, deux cas, de petites éclosions. On peut voir maintenant que les écoles sont un endroit sécuritaire, sanitaire, un endroit approprié pour les jeunes de notre province, a déclaré le ministre Cardy dimanche.

Avec les informations des émissions Téléjournal Acadie et La matinale, d'ICI Acadie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !