•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De petits hôteliers demandent plus de soutien pour passer à travers la crise

Façades de l'Hôtel Oui GO! et du bâtiment resté désert depuis la fermeture du bistro Les soeurs grises.

L’Hôtel Oui GO! est situé au centre-ville de Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Roy

Radio-Canada

Les petits hôteliers sont à nouveau durement touchés par les mesures sanitaires. Avec le couvre-feu et les mesures resserrées, les clients se font rares. Des hôtels de Trois-Rivières ont d’ailleurs décidé de fermer leurs portes le temps du confinement.

Ils trouvent injuste que les boutiques et les restaurants qui peuvent continuer de faire des affaires reçoivent une aide financière supplémentaire, alors qu’eux n’y auront pas droit.

L’année 2019 a été une année touristique très achalandée, donc plusieurs hôteliers ont récemment investi et fait des agrandissements. Le retour sur investissements ne s’est jamais produit en raison de la pandémie.

Pour cette raison, certains voudraient avoir droit à une aide similaire aux commerces forcés de fermer leurs portes en raison des mesures.

On est ouvert, mais on n’a pas un gros taux d’occupation vu les mesures sanitaires et on n’a pas de produits à vendre. On ne vend pas aucun article, on n’est pas comme un restaurant qui peut faire de la livraison, du emporter, même en mesure de couvre-feu, les restaurants peuvent encore opérer, plaide Gilles Babin, propriétaire de l’Hôtel Oui GO!, au centre-ville de Trois-Rivières.

Des mesures différentes souhaitées

Depuis le début de la crise, ce sont surtout des prêts qui ont été offerts aux entreprises par le gouvernement du Québec.

Le copropriétaire du motel Miami, secteur Cap-de-la-Madeleine, à Trois-Rivières, préférerait avoir un congé fiscal.

C’est l’hiver. Les gens ne se déplacent pas et finalement toute la clientèle touristique n’existe plus

Michel Massouty, copropriétaire du motel Miami

Cette réalité demeure tout de même urbaine, puisque les hôtels qui sont près des centres de plein air réussissent à tirer leur épingle du jeu.

Avec les informations de Catherine Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !