•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alberta : des députés de Medicine Hat demandent un allègement régional des restrictions

La zone sanitaire Sud compte moins de 5 % de tous les cas de COVID-19 en Alberta.

Image scindée avec Michaela Glasgo à gauche et Drew Barnes à droite.

Michaela Glasgo est la députée de Brooks-Medicine Hat et Drew Barnes représente Cypress-Medicine Hat.

Photo :  Capture d’écran Twitter / Twitter, Michaela Glasgo / Twitter, Drew Barnes

Radio-Canada

Drew Barnes and Michaela Glasgo, deux députés conservateurs unis de la région de Medicine Hat, dans le sud-est de l'Alberta, demandent au premier ministre d'alléger les restrictions sanitaires dans les régions comme la leur, qui sont moins touchées par la pandémie.

Les deux députés disent que les habitants de leurs circonscriptions digèrent mal les restrictions en vigueur alors que le nombre de cas de COVID-19 dans leur zone sanitaire est le plus faible de la province.

Je pense que c’est le moment de rouvrir. Je demanderais au premier ministre d’y penser sérieusement, dit Drew Barnes.

Il voudrait notamment que les restaurants puissent rouvrir leurs salles à manger à une capacité d’accueil de 15 % et que les activités sportives pour enfants puissent reprendre.

La zone sanitaire sud, qui comprend Medicine Hat, comptait 400 cas actifs de COVID-19 samedi, soit 3,1 % des cas de la province. Moins de 5 % des cas totaux de COVID-19 de l’Alberta se trouvent dans cette zone.

[Mes électeurs] disent "nous avons fait tout ce que nous pouvions pour nous garder en sécurité les uns les autres. Nous n’avons pas beaucoup de cas, et nous pensons qu’une approche régionale est plus juste", dit Drew Barnes.

Michaela Glasgo affirme que les habitants de sa circonscription comprennent que les restrictions sanitaires sont importantes.

Mais ils demandent une approche raisonnable et basée sur la science, poursuit-elle.

Les deux députés demandent au premier ministre Jason Kenney d’adopter une approche régionalisée à l’allègement des restrictions, plutôt que d’appliquer les mêmes règles à toute la province.

Le gouvernement étudie toutes les options sur une base continue

L’attachée de presse de Jason Kenney, Christine Myatt, a écrit dans un courriel que le gouvernement étudie un vaste éventail d’options sur une base continue dans sa réponse pandémique.

Nous comprenons que beaucoup d’Albertains sont frustrés par les restrictions actuelles et nous les remercions pour leur coopération pendant que nous travaillons à protéger notre système de santé, a-t-elle dit, précisant que le gouvernement se fie aux recommandations de la médecin hygiéniste en chef pour prendre ses décisions.

Avant l’automne, le gouvernement appliquait différentes restrictions à différentes régions et villes en fonction du nombre de cas actifs qui s’y trouvaient. Certains experts en santé publique avaient critiqué cette approche.

La professeure adjointe en maladies infectieuses de l’Université de Calgary Jennifer Corcoran croit que ce n’est pas le bon moment de revenir à ce système, surtout avec la présence des nouveaux variants du coronavirus en sol albertain.

Ce que je ne voudrais pas voir, c’est une explosion de cas dans la province juste avant que le vaccin arrive, ce qui nous ferait passer un hiver beaucoup plus difficile que nécessaire, dit-elle.

L’Alberta a par ailleurs déjà annoncé que certaines restrictions seront allégées lundi dans toute la province. Elle autorisera les rassemblements extérieurs de 10 personnes et moins. Certains services personnels comme les esthéticiens pourront également rouvrir sur rendez-vous.

Avec les informations d'Elise von Scheel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !