•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

T.N-O. : Fort Liard en confinement pour deux semaines

Affiche de bienvenue à l'entrée du village.

La localité de Fort Liard est située dans le sud des Territoires du Nord-Ouest près de la frontière de la Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Alex Brockman

Radio-Canada

La médecin hygiéniste en chef des Territoires du Nord-Ouest a ordonné un confinement de 14 jours, à partir de 22 h samedi, dans le hameau de Fort Liard, où trois cas de COVID-19 ont été découverts.

« Il pourrait être prolongé si nécessaire », a déclaré la Dre Kami Kandola lors d'une conférence de presse dimanche en précisant que l'origine des trois cas dans cette localité de 537 habitants semble liée à un déplacement hors du territoire. « Nous voulons limiter les occasions des gens de rentrer en contact les uns avec les autres. »

Elle a aussi souligné qu'il y avait une « grande chance » que le nombre de cas à Fort Liard augmente, mais qu'aucun cas de risques d'exposition au public n'a été identifié.

Jusqu'à présent, 50 personnes sont en isolement et le nombre pourrait vite changer, mais il n'y a pas de propagation communautaire, explique la médecin hygiéniste.

Lors du point de presse, la ministre de la Santé, Julie Green, a souligné qu'elle comprenait l'incertitude que peuvent ressentir les habitants de Fort Liard. Elle leur demande cependant de ne rien lâcher et de continuer à respecter les protocoles sanitaires.

« Ressentir de l'anxiété est naturel, a-t-elle déclaré. Ce qu'il faut savoir, c'est que nous nous sommes préparés à affronter de telles situations », en soulignant que le plan de réponse à la pandémie est conçu pour que le système de santé agisse rapidement.

La première ministre des T.N.-O., Caroline Cochrane et la ministre de la Santé, Julie Green, sont debout lors d'une conférence de presse.

La première ministre des T.N.-O., Caroline Cochrane (droite) et la ministre de la Santé, Julie Green, lors d'une mise à jour des cas de COVID-19 au territoire dimanche 17 janvier.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Un cas, puis deux de plus

Samedi matin, les autorités de la santé publique ont annoncé qu’un cas de COVID-19 a été découvert à Fort Liard. Quelques heures plus tard, deux autres cas ont été dépistés, en lien avec le premier.

Les commerces non essentiels sont désormais fermés, les cours en présentiel sont interdits et le port du masque est obligatoire dans les lieux publics intérieurs tant que l’ordre est en vigueur.

Ce que signifie le confinement :

  • Aucun rassemblement de quelque nature que ce soit dans une résidence privée, à l’exception des aidants qui donnent des soins dans une résidence privée et des arrangements de garde d’enfants réguliers dans une résidence privée. Cette mesure inclut les rassemblements intérieurs et extérieurs.
  • Les entreprises et les installations non essentielles doivent fermer, y compris les centres communautaires.
  • Les entreprises et les installations essentielles restent ouvertes, mais ne peuvent pas accueillir plus de 10 personnes à l’intérieur d’un même lieu.
  • Les bureaux peuvent rester ouverts à condition qu’ils ne comptent pas plus de 10 personnes dans un espace intérieur et que la distance physique de deux mètres puisse être maintenue.
  • Les garderies ne peuvent rester ouvertes que pour les enfants des travailleurs essentiels.
  • L’enseignement en présentiel dans les écoles est interdit.
  • Toute personne se trouvant dans un espace public intérieur doit porter un masque, sauf autorisation contraire de l’administratrice en chef de la santé publique.

Une équipe d’intervention rapide a été envoyée dans le hameau pour fournir du soutien et découvrir si d’autres personnes sont positives pour la COVID-19.

Selon un communiqué du bureau de la médecin hygiéniste en chef, les habitants de Fort Liard qui utilisent des services de soutien en santé mentale peuvent continuer de le faire. Le communiqué les prie de communiquer avec leur fournisseur habituel pour discuter de la façon dont cela se déroulera pendant le confinement.

Il sera par ailleurs possible de faire des provisions en appelant l’épicerie pour passer sa commande et en payant à l’avance. Un service de ramassage en bordure de trottoir sera disponible.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !