•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cas de COVID-19 dans les avions : la liste des voyageurs exposés s'allonge au Québec

La liste des vols internationaux qui préoccupent les autorités de la santé publique du Canada continue de s'allonger depuis le début du mois de janvier.

Deux femmes marchent à l'aéroport Montréal Trudeau avec leurs valises.

De nombreux voyageurs rentrant de destinations soleil ont été exposés au coronavirus, parce qu'il y avait au moins un cas confirmé de la COVID-19 à bord de leur vol.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

De nombreux Québécois qui ont voyagé au Mexique, à Cuba, aux États-Unis et en France ont été exposés au coronavirus lors de leur retour au pays. C'est aussi le cas des passagers de deux vols d'Air Transat arrivés à Montréal les 10 et 13 janvier en partance de Port-au-Prince.

L'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) procède habituellement à l'analyse de cas de COVID-19 à bord d’un avion et juge à risque quelques rangées devant et derrière les porteurs du coronavirus. Or, dans le cas de ces deux vols d'Air Transat, ce sont toutes les rangées qui ont été jugées à risque.

Une version précédente de ce texte indiquait qu'il y aurait eu à bord de ces avions au moins un porteur du virus par rangée. L'Agence de la santé publique du Canada a toutefois précisé qu'elle considère qu’une rangée sur un vol est affectée s’il s’agit de trois rangées à l’avant et à l’arrière d’une rangée dans laquelle se trouvait un cas de COVID-19.

Le nombre total de passagers contaminés n'est pas connu, mais les avions qui les transportaient peuvent accueillir plus de 300 personnes. Dix jours plus tôt, les passagers de six rangées d'un vol d'Air Transat sont arrivés de la capitale haïtienne en étant exposés à la COVID-19.

Les passagers en provenance d'Haïti ne sont pas tenus pour le moment de présenter un résultat négatif de test à la COVID-19. En effet, Ottawa impose le dépistage pour tous les voyageurs revenant de l'étranger depuis le 7 janvier, sauf pour Haïti et Saint-Pierre-et-Miquelon, qui ont été exemptées de cette mesure jusqu'au 21 janvier en raison du manque de capacité ou de disponibilité des tests.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

De nombreux vols internationaux « à risque »

Mais les avions en provenance d'Haïti ne sont pas les seuls à enregistrer un nombre important de porteurs du coronavirus. Des voyageurs qui rentraient récemment de destinations soleil à Montréal et à Québec ont également été exposés. Les rapports rendent compte d'au moins un cas confirmé de la COVID-19 à bord de certains de ces vols internationaux.

Et la liste de ces vols qui préoccupent les autorités de santé publique du Canada continue de s'allonger depuis le début du mois de janvier, selon ce que révèlent des données compilées par Ottawa dans sa mise à jour samedi.

Des Québécois qui ont voyagé au Mexique, à Cuba, aux États-Unis et en France ont aussi eu à surveiller l'apparition de symptômes un peu plus étroitement, parce qu'ils ont été exposés au virus lors du retour à la maison. C'est notamment le cas pour les passagers de trois vols d'Air Canada en provenance de Cancún, au Mexique, qui ont atterri à Montréal du 3 au 5 janvier. Les passagers de 27 rangées au total ont été exposés.

D'autres voyageurs qui rentraient de Fort Lauderdale, en Floride, ont aussi été exposés à bord de six autres vols d'Air Canada et Air Canada Rouge jusqu'à la semaine dernière. Deux vols de Sunwing, en provenance de Cuba et de Cancún, ont aussi transporté des gens qui avaient la COVID-19 le 3 janvier, jusqu'à l'atterrissage de l'appareil à Montréal. Quatre vols en provenance de Paris ont été touchés du côté des transporteurs Air Canada et Air France les 5 et 6 janvier.

Il ne s'agit là que de quelques exemples récents, parmi un plus grand nombre de vols surveillés à l'échelle canadienne, démontrant ainsi l'importance pour les voyageurs de respecter la quarantaine de 14 jours après leur arrivée au Canada.

Liste de vols internationaux avec des cas de COVID-19 confirmés :

  • Air Canada, AC989, de Cancún à Montréal, 3 janvier, rangées affectées 18 à 21 et 43 à 51
  • Air Canada, AC1883, de Cancún à Montréal, 4 janvier, rangées affectées 20 à 26
  • Air Canada, AC989, de Cancún à Montréal, 5 janvier, rangées affectées 22 à 28
  • Air Transat TS467, de Cancún à Québec, 6 janvier, rangées affectées 19 à 24
  • Air Canada, AC901, de Fort Lauderdale à Montréal, 6 janvier, rangées affectées 22 à 28 et 37 à 43
  • Air Canada, AC901, de Fort Lauderdale à Montréal, 10 janvier, inconnue
  • Air Canada / Rouge, AC1607, de Fort Lauderdale à Montréal, 4 janvier, rangées affectées 21 à 27
  • Air Canada / Rouge, AC1601, de Fort Lauderdale à Montréal, 4 janvier, rangées affectées 20 à 26
  • Air Canada / Rouge, AC1601, de Fort Lauderdale à Montréal, 5 janvier, rangées affectées 3 et 12 à 15
  • Air Canada / Rouge, AC1607, de Fort Lauderdale à Montréal, 6 janvier, rangées affectées 1 à 4; 13 à 19
  • Air Canada / Rouge, AC1987, de Punta Cana à Montréal, 10 janvier, rangées affectées 33 à 39
  • Sunwing, WG653, de Varadero à Montréal, 3 janvier, rangées affectées 20 à 30
  • Sunwing WG538, de Cancún à Montréal, 3 janvier, rangées affectées 19 à 25
  • Air Transat, TS467, de Cancún à Québec, 6 janvier, rangées affectées 19 à 24
  • Air Transat, TS663, de Port-au-Prince à Montréal, 3 janvier, rangées affectées 44 à 49
  • Air Transat, TS663, de Port-au-Prince à Montréal, 10 janvier, toutes les rangées
  • Air Transat, TS665, de Port-au-Prince à Montréal,13 janvier, toutes les rangées
  • Air France, AF344, de Paris à Montréal, 5 janvier, rangées affectées 14 à 20
  • Air France AF344, de Paris à Montréal, 6 janvier, rangées affectées 27 à 33
  • Air Canada, AC871, de Paris à Montréal, 5 janvier, rangées affectées 18 à 23
  • Air Canada, AC871, de Paris à Montréal, 7 janvier, rangées affectées 36 à 42

Voyageurs en quarantaine

Cette situation pose la question de la surveillance des voyageurs en quarantaine obligatoire puisque, même si le gouvernement a augmenté ses ressources, leur efficacité est remise en question.

Selon les données officielles, les voyageurs représentent environ 1 % à 2 % des cas de COVID-19, mais Dre Marie-France Raynault, cheffe du département de santé publique et de médecine préventive du CHUM, estime que leur impact est sous-estimé. Elle exprime notamment des doutes quant aux informations données par les personnes lors des enquêtes.

Les voyageurs ont aussi une incidence sur l'introduction des variants qu’on ne souhaite pas avoir, dit-elle

Depuis le début de la pandémie, l’Agence de la santé publique du Canada, qui s’assure du respect de la Loi sur la mise en quarantaine, a rapporté 126 contraventions, huit infractions sommaires, 196 avertissements verbaux et 22 écrits.

Ce portrait est toutefois loin d’être complet, puisque les forces de police locales ne sont pas tenues de fournir l’information à l’ASPC.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !