•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une organisation de l’île Gabriola veut recycler de vieux vêtements

Gros plan sur des chandails accrochés sur des supports.

L’organisation de recyclage de l’île Gabriola souhaite éviter d'envoyer ses vêtements donnés dans un site d'enfouissement (archives).

Photo : Radio-Canada / Marc-Olivier Thibault

Radio-Canada

L’Organisation de recyclage de l’île Gabriola, en Colombie-Britannique, est inondée de tant de sacs de vêtements donnés qu'elle espère recevoir des fonds du district régional de Nanaimo pour transformer ces kilos de textiles usagés en nouveaux produits.

Selon Michelle MacEwen, directrice générale de l'organisme, le groupe reçoit chaque semaine une centaine de sacs de vêtements et de tissus usagés pesant quelque 10 kg chacun. Alors que certains sacs peuvent être vendus dans une friperie locale, environ la moitié ne l'est pas.

Jusqu'au début de la pandémie, Mme MacEwan dit qu’une organisation de lutte contre le diabète récupérait environ 400 sacs toutes les huit semaines pour qu'ils soient vendus dans des friperies. Ce n'est plus le cas, car tout le monde est au maximum de sa capacité.

Si l'organisme venait à obtenir 100 000 $ du district régional de Nanaimo, Mme MacEwan travaillerait avec d'autres insulaires pour transformer ces tissus en nouveaux produits et empêcher les sacs de vêtements de se retrouver dans la décharge de Nanaimo.

Il s'agirait, par exemple, de redessiner des vêtements ou de les rembourrer pour en faire des coussins de yoga, des tabourets ou même des sacs de boxe.

Nous voulons vraiment garder nos déchets dans notre jardin, soutient-elle.

Mme MacEwan dit que le financement serait utilisé pour aider à payer des équipements tels qu'une déchiqueteuse commerciale ou des machines à coudre numériques.

Le district régional de Nanaimo prendra une décision de financement avant la fin janvier. Mme MacEwan précise que si cela ne fonctionne pas, l'organisation cherchera de l'aide financière ailleurs, comme auprès de Diversification de l'économie de l'Ouest Canada.

Avec les informations de On The Island

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !