•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sécurité à motoneige : le message arrive avec la neige

Trois motoneigistes cirulent dans les sentiers.

Des sentiers de motoneige seront sans doute plus nombreux à être ouverts après la tempête prévue en fin de semaine (archives).

Photo : Radio-Canada

Bien peu de motoneiges circulent en ce début d’année car la majorité des sentiers sont fermés faute de neige. Cela n’empêche pas la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec de lancer la Semaine internationale de la sécurité à motoneige.

D’ailleurs, la première tempête de l’année devrait laisser plusieurs centimètres de neige sur l’Est-du-Québec.

Cette neige est très attendue par les motoneigistes, car jusqu’à maintenant au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie, seuls quelques sentiers sont ouverts dans le Kamouraska, dans la Baie-des-Chaleurs et dans la MRC du Rocher-Percé. Les conditions de pistes n’y sont pas bonnes, seulement acceptables.

C’est aussi le cas de tous les sentiers ouverts sur la Côte-Nord où les motoneigistes peuvent tout de même circuler, mais non sans obstacle.

Présentement, avec la quantité de neige qu’on a, ça fait juste cacher les défauts, commente le président du Club de motoneige Ook-Pik de Sept-Îles, Michel Thibeault.

Ces mauvaises conditions ont des impacts sur la sécurité, notamment lorsque vient le temps de franchir un cours d’eau. Le temps doux n’a pas favorisé la formation de glaces.

Le redoux des derniers jours affecte la condition des pistes de motoneige en Gaspésie et sur la Côte-Nord.

Le redoux des derniers jours affecte la condition des pistes de motoneige en Gaspésie et sur la Côte-Nord.

Photo : Radio-Canada

La traversée de la rivière Moisie était dangereuse cette semaine, illustre M. Thibeault.

Lundi et mercredi, quand je suis passé par là, il y avait encore des trous noirs au sud du pont. Au nord, ça a l'air pas si pire, mais il y a peut-être un tablier de glace d’un ou deux pouces... Ce n'est pas assez pour porter les motoneiges.

Michel Thibeault recommande aux amateurs de demeurer sur la piste et de bien analyser la situation avant de s’aventurer sur un cours d’eau.

Une motoneige ce n’est pas un bateau!

Une citation de :Michel Thibeault, président du Club de motoneige Ook-Pik de Sept-Îles

Rester en piste

Les précipitations annoncées au cours des prochaines heures devraient toutefois permettre aux motoneigistes de sortir enfin leurs bolides. Les températures froides de la semaine prochaine sont aussi une bonne nouvelle pour les amateurs.

Ça ne veut toutefois pas dire que les motoneigistes pourront circuler où bon leur semble.

Le porte-parole de la Semaine internationale de la sécurité à motoneige, le pilote et chroniqueur automobile Bertrand Godin, rappelle lui aussi les consignes de base.

Souvent, les gens sortent des sentiers, ce qu’il faut éviter. On ne sait pas ce qu’il y a sous la neige. Des fois, c’est de l’eau et ça défonce, commente M. Godin.

Des empreintes laissées dans la neige par des motoneiges s'entrecroisent dans la nature.

Des empreintes laissées dans la neige par des motoneiges (archives).

Photo : Getty Images / Greenseas

Il recommande aux gens qui essaient une motoneige pour la première fois d’être accompagnés par une personne expérimentée.

Il conseille aussi aux conducteurs de garder la droite et une bonne distance entre chaque véhicule. On n’est pas seuls en forêt, il y a beaucoup d’adeptes, souligne-t-il.

De son côté, la Fédération rappelle aux motoneigistes qu’il est important de respecter la limite de vitesse de 70 km/h sur les sentiers et qu’il est interdit de consommer de l’alcool en conduisant une motoneige ou de conduire avec les facultés affaiblies par l’alcool ou la drogue.

Nouvelle loi

Cette année n’est pas seulement hors de l’ordinaire en raison des conditions météorologiques, elle l’est aussi sur le plan réglementaire.

Il s’agit de la première saison de motoneige sous l’égide de la Loi sur les véhicules hors route qui est entrée en vigueur le 30 décembre 2020.

Désormais, les motoneigistes doivent entre autres être âgés d’au moins 16 ans et les moins de 18 ans doivent détenir un certificat d’aptitudes et de connaissances démontrant qu’ils ont les habiletés pour conduire une motoneige.

Sentier balisé de motoneige la nuit

Le couvre-feu s'applique aussi aux motoneigistes (archives).

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

La circulation sur les pistes est interdite entre minuit et 6 h le matin. Les motoneigistes sont aussi soumis au couvre-feu à partir de 20 h jusqu’au 8 février.

Le Québec compte 33 000 km de sentiers ainsi que 198 clubs membres de motoneigistes.

Ces clubs attirent 100 000 membres ainsi que plus de 4500 bénévoles qui consacrent chaque année près de 800 000 heures à l’entretien du réseau provincial de sentiers de motoneige.

Avec la collaboration de Marc-Antoine Mageau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !